Solitude et isolement de l’entrepreneur : comment s’en sortir en 5 clés .

By Elodie Florenti

Solitude et isolement... Non, non, je suis pas en train de fredonner "Belle île en mer.." mais d'activer un truc encore assez tabou chez les entrepreneurs, dirigeants d'entreprise , solopreneurs, et autres indépendants. Ou parfois pas trop tabou mais devenu tellement routinier, qu'on croit que c'est normal.

J'ai vraiment pas envie d'écrire un article austère avec en fond sonore la Marche funèbre ( ok, je me rends compte que j'entre en mode musical, je vais essayer de mettre un mute sur l'ambiance ) ... J'ai pas envie non plus de vous sortir des trucs qui vont plomber l'ambiance, mais parlons franchement...de la solitude et de l'isolement de l'entrepreneur :

Côté "compagnie", vous vous sentez comment depuis que vous êtes indépendant, auto entrepreneur ou chef d'entreprise ?

Plutôt bien entouré ou bien c'est carrément le "désert de Gobi" autour de vous , la tête dans les papiers, la compta à faire et les problèmes à régler , et plus que jamais "seul comme un chien" ? Pourtant, être à son compte devrait signifier être plus libre et avoir plus de temps pour profiter de la vie il me semble ! Et pourtant, l'on se rend vite à l'évidence : les semaines, les mois passent...Plus le temps d'aller boire un verre avec ses potes parce que les factures attendent, plus le temps d'aller au parc avec les enfants parce que le devis du siècle est à proposer pour le lendemain, finis les week ends comme au bon vieux temps!!! Nos amis les salariés sont tellement cools à te proposer un bon resto le vendredi soir ... "Mais fuck, j'ai pas que ça à foutre moi, d'aller au resto" ! Et pour nous les filles, les courses, la bouffe et le ménage, bye bye ! ( bon ça, finalement, c'est pas si mal 😉 )

Lorsqu'on devient un " indep' " , on a tendance à croire que parce que l'on se jette seul dans la nouvelle aventure, on doit se débrouiller seul, tout faire tout seul, qu'on a les épaules assez solides pour gérer seul, et surtout, comme on est un guerrier, on va y parvenir, les doigts dans le nez....Tout est offert à notre bébé, enfant, ado puis adulte qu'est notre entreprise.

Puis quand on a le statut d'indépendant, ça sous-entend qu'on est grand et qu'on a plus besoin de personne non ? Rien qu'à prononcer solo - preneur, indépendant, y a toujours une connotation de solitude dedans !! Solo, indep ... Merde quoi  ! C'est pas parce qu'on bosse seul qu'on doit être et se sentir seul !!!

De toutes façons, il n'y a qu'entres entrepreneurs qu'on peut se comprendre ... Qui de la famille ou de nos amis salariés, peut se mettre à notre place ? Personne !

Personne ne peut imaginer ce qu'est la solitude de l'entrepreneur quand on ne la vit pas. Le pire, c'est qu'elle arrive en sous-marin celle-là, on s'en rend même pas compte, parce qu'on a autre chose à faire que de réfléchir à ça, c'est tellement pas important là, tout de suite !

La cible unique dans le viseur de l'entrepreneur, le focus, c'est de la faire croitre cette entreprise, pour vivre de sa passion, gagner de l'argent pour mettre sa famille en sécurité, et en cachette, un peu aussi pour que les autres soit envieux de notre parcours de vainqueur mutant qui a accompli ce que peu arrivent à accomplir : atteindre le sommet avec le smile, fun et sexy. Et oui, avec le c.. qu'on se lève, pas question de s'avouer en échec, ce serait trop mal vu par notre entourage de passer pour un "entrepre-looser" !

Alors on bosse, on bosse...au détriment de tout le reste ( je pourrais même parler non pas du reste, mais des restes, comme des derniers trucs qui restent dans l'assiette à la fin du repas et qui finissent à la poubelle ) : sa famille, ses amis...et en priorité : SOI !!!!!

Tout passe au second , et même troisième plan . La seule chose qui compte, c'est l'entreprise. L' obsession, c'est l'entreprise. Notre vie, c'est l'entreprise ... Hein ? Quoi ? Comment ? Non, non, notre vie justement, c'est notre vie, ce n'est pas l'entreprise. Nous mettons toute notre passion à son service, mais y mettre sa vie, me concernant, plus question ! Avant d'accompagner les gens et les entrepreneurs à se libérer de leurs peurs et croyances pour atteindre leurs objectifs ( en résumé, les aider à redonner un sens à leur vie pour être libres et heureux) , j'ai passé 10 ans à courir derrière ma liberté et mon autonomie en tant que chef d'entreprise, sauf que j'étais tout sauf libre et autonome ... J'étais une "indépendante dépendante" ( de mes clients, de mes fournisseurs, du temps...) , et c'est maintenant que je m'en rends compte , parce que je sais désormais ce qu'il faut faire et ne pas faire pour être alignée et pour que ça roule ! Mais quand on a la tête dans le guidon, on voit nada !

Aujourd'hui, qu'est ce que l'aime mon job ! C'est même pas un job, c'est une mission de vie, c'est ce qui m'anime quand j'ouvre mes yeux le matin, qui peut me faire lever à 5h et me coucher à 2h ... Mais par plaisir, pas par sacrifice. Et pourtant, j'envoie du lourd niveau somme de travail et engagement ! Sauf que ça passe tout seul, sans douleurs, sans résistance, et sans souffrances. J'aime profondément ce que je fais, ce que je donne, ce que je transmets, je pourrais passer des heures à vous rencontrer, à échanger, à partager avec vous... C'est fou comme ce qui m' a semblé être une vie vraiment dégueulasse pendant une décennie peut se transformer en vie merveilleuse en changeant quelques trucs ( enfin, beaucoup de trucs 😉 )

Cependant, devenir un ours solitaire et isolé dans le monde de l'entreprise, c'est pas volontaire hein ! c'est juste que là, si on se concentre pas sur les "goals", ben les pépettes à la fin du mois, elles rentrent pas, que dalle !

Je ne suis pas encore assez cinglée pour vous dire que vous avez tort de penser ainsi, mais bon ... est-ce vraiment votre but de tout miser sur votre taf si c'est pour perdre votre joie de vivre, être finalement frustré(e) de vous sentir un peu comme un scarabée dans le désert  ? ( oui, lors d'un voyage au Maroc, j'ai vu en plein Sahara un scarabée qui essayait de remonter une dune abrupte vers je ne sais où... le gars, il était en train de se "déchirer", de donner sa vie pour arriver en haut, tout seul, sous un soleil de plomb, et à chaque fois qu'il avait presque atteint le sommet, il dégringolait au bas de la pente le pauvre !!!  Cette image m'a marquée à vie, c'était exactement comme ça que je me sentais à l'époque, seule, dans un désert, en train de me cramer la santé) .

Bref, tout ça pour vous dire qu'entreprendre n'est pas synonyme de solitude si on prend conscience qu'on est dans l'isolement masqué ( les clients, les représentants, le banquier, le comptable , etc etc, ça compte pas hein ! c'est pas eux qui peuvent combler votre isolement ) . C'est pas parce qu'on court toute la journée à nos rendez-vous, qu'on rencontre des prospects ou qu'on a un déjeuner d'affaires qu'on est pas seul, gare à la méprise ! Tout ça, c'est professionnel, et " l'indep" a la fâcheuse tendance à mélanger la vie pro et perso .

Alors quels sont les moyens de trouver un équilibre pour ne pas passer des heures devant son ordinateur, ses week-ends dans les dossiers, ses semaines dans le stress de ne pas y arriver ? De revenir à la civilisation et rompre l'isolement ? De respecter sa vie et celle de sa famille ? De profiter nous aussi quoi !

Mais pour sortir de la solitude , il faut d'abord :

  • S'organiser pour ne plus être débordé : ça va un peu de soi me direz-vous, mais combien le savent...et ne le font pas ? Si vous décidez que désormais, vous travaillerez de 8h à 12h et de 14h à 18h du lundi au vendredi, pourquoi serait-ce impossible ? En 8 heures de travail par jour, on en fait des choses ! Beaucoup même, à condition de bien planifier . L'urgent, l'important, le non urgent, et le non important. Savoir dans un premier temps séparer vos tâches est essentiel. L'écrire est encore mieux. Perso, je travaille en salve, pas en pointillés, je bloque des quartiers horaire et je ne me consacre qu'à une tâche à la fois.
  • Déléguer : arrrgghh  ! Dieu que ce verbe est difficile à entendre et l'idée quasi impossible à avaler quand on est à son compte . Pourtant, avoir un collaborateur de temps en temps , un sous traitant qui peut prendre en charge les tâches qui nous insupportent peut vous faire gagner un temps précieux, soit pour vous consacrer à ce qui vous plait professionnellement, soit pour prendre du temps pour vous. Entre votre liberté et quelques deniers, vous choisissez quoi ?

Une fois l'organisation mise en place, vous aurez du temps pour vous et pour renouer le contact avec d'autres humains , car oui, il y a une vie avant et après l'entreprise !

Disons que vous prenez juste 1h ( ex : de 18 à 19h ) pour vous .

  1.  Faites une activité : un sport , de préférence collectif ou en salle ; du yoga, de la méditation, de la peinture ...bref, une activité qui vous permettra de rencontrer des gens et d'avoir des échanges sociaux .
  2. Réseautez  : profitez de ce créneau pour vous inscrire dans des MEET UP, des conférences, des séminaires, des rencontres entrepreunariales , des assoc' pour entrepreneurs... Cela va vous permettre de vous connecter , d'échanger avec des personnes qui sont à la recherche des mêmes choses que vous : renouer avec la vie !
  3. Optez pour le co-working : pas forcément tous les jours, mais sortir de son bureau et de sa zone de confort 1x/semaine par exemple vous donnera la possibilité de rencontrer d'autres entrepreneurs, de rencontrer peut-être de nouveaux collaborateurs qui pourraient vous aider ou avec lesquels vous pourriez échanger des compétences .
  4. Ne gardez pas vos soucis pour vous : osez vous confier à un ami qui saura vous écouter, faites vous accompagner par un coach qui vous guidera pour avoir un recul sur votre situation, un regard extérieur, et vous aider à prendre certaines décisions.
  5. Soyez un éternel étudiant : apprenez sans cesse, participez à des  formations pour ne plus être à la ramasse et ainsi gagner encore du temps.
Et vous, que faites-vous pour vaincre la solitude en tant qu'entrepreneur ? ​Quelles stratégies vous-elles ont permis de rompre avec l'isolement ?

Soyez à l'aise de partager cet article si vous connaissez des indépendants professionnels qui se sentent isolés et seuls...

​Elo

>