Si vous avez une mauvaise relation à l’argent, pensez d’abord à changer ceci…

By Elodie Florenti

 Entrepreneurs ( ou pas …),

si vous avez une mauvaise relation à l’argent,

pensez d’abord à changer ça…

 

Personne ne dira le contraire, combien de fois avez-vous vu des articles, vidéos, livres sur : « comment changer sa relation à l’argent ?  » , « Que représente l’argent pour vous? « ,  » La psychologie de l’argent » …. ? Et on en revient toujours à cette histoire de mauvaises relations avec l’argent…Pardonnez-moi, mais quelle connerie de ne parler que de relations et de croire que c’est sur cela qu’il faut se focaliser !! Ne vous demandez plus pourquoi tout ce que vous avez pu lire ou entendre sur les relations financières n’ont jamais eu d’impact sur vous et pourquoi rien n’a changé à votre situation pécunière malgré vos efforts ! Nombre d’entrepreneurs et d’indépendants ont encore beaucoup de mal à se faire payer correctement, à la hauteur de leurs services, alors que d’autres vivent pleinement de leurs compétences. Croyances limitantes ? Basse estime de soi ? Respect des valeurs familiales ? Oui, mais surtout respect de nos valeurs et fidélité à nos apprentissages passés .

  • On rentre donc directement dans la partie  » Je vais vous choquer très certainement, mais c’est comme ça «  : une relation, quelle qu’elle soit, si elle est pourrie, bien soit on se la coltine parce qu’on kiffe vivre ainsi, soit on la subit parce qu’on ne nous a pas expliqué qu’on pouvait en sortir… soit on la change. Et avec l’argent, c’est la même chose. Ce n’est pas le hasard, ce n’est pas le destin d’être dans un trou financier, c’est un  CHOIX inconscient…ou pas. J’ose le dire par expérience, et je l’assume 🙂  continuez à lire, vous allez comprendre.

Alors que vous soyez entrepreneur, chef d’entreprise, demandeur d’emploi ou salarié, aucune importance ! Si les finances ne sont pas au beau fixe, si l’argent vous perturbe, vous stresse, si vous tremblez ou que vous avez les palpitations rien qu’en prononçant le mot , réfléchissez à ceci: au lieu de constater simplement que votre relation à l’argent est minable ( bien que parfois, on ne s’en aperçoit même pas ) et de vouloir à tout prix la changer, il serait peut-être plus facile de se demander pourquoi non ? Un exemple simple : vous avez de mauvaises relations avec un collègue de bureau. Cool, vous vous en êtes aperçu…Et après ? Pour que vos journées soient plus agréables, vous allez vouloir transformer cette relation. Double cool, et comment ? Si vous tentez de la changer sur le simple constat qu’elle est mauvaise, vous n’irez pas bien loin, je vous l’assure.

Par contre, si vous vous demandez pourquoi elle est mauvaise, là, il se pourrait bien que le changement positif opère. Ce n’est donc pas sur notre mauvaise relation à l’argent que l’on devrait focaliser, mais sur la perception que l’on a de l’argent.

Au même titre que le collègue de bureau, comment  percevez-vous l’argent ? Quelle image vous renvoie-t-il ? A quoi l’associez-vous ? Toutes ces questions répondent à la perception, la vision, l’interprétation que vous avez de l’argent. La relation n’est qu’une conséquence. Et c’est pour cela que vous ramez et que vous n’arrivez pas à vous en sortir financièrement. Quand on doit régler un problème, c’est bien la cause que l’on traite n’est-ce pas ? Et si nous faisions de même avec l’argent ?

Il m’en a fallu un sacré bout de temps pour comprendre qu’il fallait que j’aille chercher la cause et pas la conséquence, sous peine de m’asphyxier le porte-monnaie, le cerveau et tout ce qui va avec ! Oh que oui, j’ai été longue à la détente sur ce coup, il a même fallu que j’atteigne encore une fois un seuil de douleur insupportable pour dire stop. ( Est-ce humain de s’infliger ça ? )

Pour celles et ceux qui me suivent depuis un certain temps, j’avais déjà posté une vidéo sur l’une de mes mésaventures financières qui m’avait fait frôler la crise cardiaque, mais bon, en tant que provocatrice d’actions, j’ai fait le choix d’agir pour arrêter le massacre. Ca va un moment de vivre dans l’ « à peu près », mais personnellement, ça m’a vite fatiguée. Les sous en mode yoyo, basta, plus pour moi.

Cela dit, c’est bien beau de vouloir passer à l’action, mais quand notre vue est bouchée , on peut toujours courir, nos actions seront proches du résultat ZERO. C’est un peu comme si on voulait voir le paysage avec des jumelles sans ôter les couvercles de protection des lentilles. J’ai donc relevé mes manches et je suis partie à la quête de la source du problème.

Alors pourquoi diable avais-je depuis toujours cette relation absolument infâme avec l’argent , au point de ne même pas penser à le mettre sur ma liste de priorités dans la vie ? Oui, ça fait bizarre de dire ça aujourd’hui, mais dans ma petite tête, l’argent ne faisait pas le bonheur … bien au contraire, il le ruinait ! Amour, relations saines, amitiés sincères, honnêteté, une famille équilibrée et harmonieuse… voilà ce qu’était ma vision du bonheur. Et je voyais l’argent comme une entrave à tout ça. Comme si il pouvait pourrir l’amour, les relations, les amitiés, et qu’il pouvait beaucoup plus nuire et détruire que n’importe quoi d’autre. Donc, je faisais tout pour l’éviter. Et même quand j’en gagnais beaucoup, je l’occultais, le dénigrais, je n’avais aucune gratitude pour ça, parce que l’argent était synonyme de souffrance, de douleur, d’abandon même !

  • On continue donc directement dans la seconde partie  » Je vais vous choquer très certainement, mais c’est comme ça, bis «  : être pauvre ne préserve aucunement de la trahison, que ce soit en amitié ou en amour, de la malhonnêteté, de la dysharmonie dans le couple ou la famille et des relations malsaines … et de tout ce que vous pouvez imaginer . Etre riche non plus d’ailleurs ! L’argent n’a rien a voir dans tout ça… Ce n’est pas l’argent qui pourrit la vie, c’est la définition qu’on en a, et ce que l’on en fait !

Jusqu’au jour où j’ai découvert le piège : j’étais en réalité une anorexique financière.

[et_bloom_inline optin_id= »optin_15″]

Ouais, rien que ça ! L’anorexie financière, cette saloperie qui fait qu’au même titre qu’une lutte contre la nourriture, on lutte contre l’argent et le fait d’en gagner. On le refuse, on en veut pas, on fait tout pour qu’il ne s’approche pas. Débile, absurde, impossible me direz-vous? Certainement, quand on est pas dans ce cas ou qu’on l’a compris. Mais croyez-moi, quand on a le pied coincé dans un piège à ours, on a si mal qu’on ne pense pas à se demander pourquoi on a marché dessus . Et quand on en a pas conscience, mis à part hurler de douleur quand on regarde son compte en banque, on continue à subir, comme si on le méritait et qu’on avait pas le choix !

Alors pour se débarrasser de ce piège à ours, le « truc » infaillible, c’est d’aller chercher la réponse. Et cette réponse se trouve cachée en vous. Soyez honnête avec vous-même, ne vous cachez plus rien. Si vous êtes entrepreneur(e), vous n’en êtes pas moins une femme ou un homme qui a un passé, des croyances, une éducation … Et voilà où ça commence à être intéressant. Par exemple, j’ai toujours vu dans mon enfance ma mère se crever au boulot pour une misère, mon père galérer pour avoir un job… Puis j’ai appris que l’argent, ça ne rendait pas heureux, que de toutes façons, il fallait avoir de la chance et être né sous la bonne étoile pour en avoir …Bref, une montagne de conneries qui est devenue un ancrage, une conviction. Puis l’argent était le nerf de la guerre chez moi, source de disputes, de colère, de stress …Avec ça, je comprends mieux aujourd’hui que je n’avais pas forcément envie qu’il rentre chez moi !

En vous posant donc les bonnes questions :

  • comment  percevez-vous l’argent ?
  • Quelle image vous renvoie-t-il ?
  • A quoi l’associez-vous ?
  • Que vous a-t-on inculqué sur l’argent ( parents, famille , entourage, amis, conjoint (e)?
  • Quels souvenirs d’enfance ( situations, phrases, attitudes …) avez-vous par rapport à l’argent ?

vous allez ainsi répondre à votre pourquoi et comprendre votre fonctionnement financier. Vous allez découvrir quelle est votre perception de l’argent. Ensuite seulement, vous pourrez travailler sur votre relation. C’est ce qui fait toute la différence.

« L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue. »

Exemple-type de dicton que je ne pouvais pas encadrer avant. Vous aurez compris pourquoi par rapport à mes croyances passées.

Aujourd’hui, ma perception a radicalement changé, l’argent contribue au bonheur, et plutôt copieusement. Rien de mesquin, rien de matérialiste, rien de vénal dans tout ça. C’est juste que chacun de nous a besoin de finances pour vivre, manger, boire, se soigner, avoir de l’eau chaude, un toit … mais aussi pour contribuer ( comme aider une association ) , faire plaisir à ses proches, continuer à se former, faire prospérer son entreprise… Et pour cela, avoir une autre perception de l’argent est essentiel. Aimez l’argent sainement. Voyez-le comme un ami, avec ses meilleurs côtés, avec ce qu’il peut vous apporter de bénéfique. Renouez le contact , il ne vous veut que du bien. En réalité , c’est ce que nous en faisons, comment nous l’utilisons, qui en donne une image malsaine. Pensez à un couteau : il peut couper du pain ou peut vous tuer; pensez à l’électricité : elle peut vous offrir de la lumière ou vous électrocuter ; pensez à la télévision : elle peut vous instruire comme vous abrutir. Tout dépend de l’usage que l’on en fait.

Mais si vous n’aimez pas les radis, vous en achetez ? Si vous ne supportez pas le jaune, vous en portez ?  Si votre voisin est insupportable, allez-vous en faire un ami ? Non !  Et bien si vous détestez l’argent, vous n’en aurez jamais car vous n’irez jamais nouer un contact avec quelque chose que vous n’aimez pas !

J’insiste, on peut très bien accepter de vivre sans argent, c’est un choix respectable. Ce n’est plus le mien. J’interprète désormais l’argent comme une énergie d’échanges de biens, de services, qui me permettra à mon tour de contribuer et d’évoluer.

J’assume complètement le fait d’être payée par les entreprises et les entrepreneurs pour les accompagner vers leur réussite, je refuse désormais de travailler gratuitement ( et je l’ai fait pendant une année tellement je ne me sentais pas assez parfaite , et ce malgré les remerciements et les résultats apportés) .

J’aime en parallèle tellement donner et contribuer que mon dernier bébé , le Mag’ de l’entrepreneur, est encore gratuit. Par contre, si je veux l’améliorer, et lui donner encore plus de notoriété, passer encore plus de temps dessus pour un max de résultats, et bien il va falloir que je place un bouton de paiement Paypal sur la page, pour celles et ceux qui souhaitent contribuer librement . Avant, jamais je n’aurai osé le dire et encore moins le faire. Aujourd’hui, je l’assume pleinement : pour faire encore mieux et offrir encore plus, il y a un moment où il faut de l’argent !

Et vous alors, quelle est votre interprétation de l’argent ? Comment le percevez-vous ?

Au plaisir de lire vos commentaires !

 

 

  • Véro hourdequin dit :

    J’ai également pris conscience que c’est à l’origine de mes pensées limitantes concernant l’argent que je dois travailler. Dans les faits Elodie, on peut se donner la main! Je viens de réaliser mon 1er atelier à 15€! Qui était sensé durer 1h30. 3h après j’ai libéré la dernière personne après l’avoir soulagée ! Non contente de cela, je lui ai téléphoné pour prendre de ses news et lui ai offert un coaching gratuit! Ya du boulot quand j’ai reçu dans les mains les 15€/personne, je me suis presque excusée de demander de l’argent pour mon service!!

    • Combien vaut un service comme le tien, pour 1h30 de prestations en moyenne Véronique ? ( + rappel téléphonique + coaching supplémentaire ) … Combien serais-tu prête à payer pour un tel service ? Voilà les bonnes questions à se poser 😉 15€/p ? Plus ? Moins ?
      Et à travailler bien sûr 😉
      Si tu as osé démarrer ton premier atelier, tu peux faire bien plus 😉

  • Jean-Claude dit :

    J’adore.
    Merci à toi. Toujours au top 😉

  • WOW ! Quel super texte !
    Nos idées se ressemblent beaucoup sur l’argent.
    Je vais répéter un peu ce que je viens de t’écrire sur la vidéo que tu as cité au début de ce texte…

    Je suis moi aussi en train de lâcher prise depuis quelques mois avec le stress de l’argent.
    J’étais, dans un passé pas si lointain, un dépensier compulsif… ça durée 20 ans et j’ai entrainé ma femme là-dedans aussi. Nous étions la définition même du matérialiste !
    Maintenant, depuis 18 mois environs, nous nous sommes débarrassé d’une tonne de choses inutile à notre nouvelle vie. Nous avons donné énormément et vendu à prix de débarras.
    C’est pas fini, mais on respire déjà mieux.
    Aujourd’hui, nous voulons faire de l’argent pour avoir notre essentiel pour vivre et assurer nos vieux jours, mais surtout pour faire du bien et des heureux autour de nous.
    Je vois maintenant l’argent comme un outil… un outil avec lequel nous pouvons construire de magnifique choses ou bien détruire.
    J’ai choisis d’en faire mon allié pour faire le bien. 🙂

    • Superbe Patrick…. Merci infiniment pour ton témoignage qui n’est pas toujours facile à s’avouer. Bravo pour ton courage, ta prise de conscience et surtout de ta nouvelle perception de l’argent 😉 c’est sûr que ça va vous rendre la vie plus belle 😉

  • Marie josee dit :

    Je suis fière de toi Elo . Mechante belle prise de conscience et bonne initiative pour ton paypal. Tu donnes tellement, il est normal que tu recoives à ton tour. Ça me donne une idee pour un prochain article

  • Moi, j’ai une panique totale à ne pas assumer financièrement pour ma famille. Et là, c’est mon blocage actuel. Je donne bcp aux autres. Mais pour le moment, je suis avec un mi-temps et de grosses complications financières si je ne lance pas mes produits. Pourtant je sais que j’ai des compétences à partager… Mais voilà, je bloque avec l’argent… C’est chiant à mort car je panique très vite dès que je vois les factures arrivées. Et donc je peux perdre une journée à stresser comme un con! Bref y a encore du boulot pour moi de ce côté-là. Chouette article bien punchy 😉

    • WTF ??????? David, je pourrais t’embaucher tellement tu excelles dans ton activité. Et oui, tu as tendance à faire comme moi avant, normal que tu paniques quand les factures arrivent 😉 si tu fermes la porte à l’argent. Quand tu vas être au bout du bout et que tu n’auras plus le choix que de lancer tes produits , tu verras comme tu vas t’y mettre rapidement ! Demande-toi simplement quel est le bénéfice que tu obtiens en restant dans cette situation … On ne subit jamais pour rien 😉 Envoie-moi un MP si tu préfères !

  • Brousse dit :

    Excellent article!!!
    J’ai moi aussi beaucoup de mal avec le rapport à l’argent, culpabilité dès que je dépense alors que je ne suis pas dans l’excès ni dans la compulsion. Je n’ose pas non plus demander ce que l’on me doit, c’est trop CON!
    Elodie ton article m’a été révélateur sur les problèmes qui me font rejeter les factures, les dépenses etc… Merci et au plaisir de te lire.

    • Merci Sophie ! D’abord, d’avoir pris le temps de lire l’article, et de t’honorer en cherchant les solutions… Petite piste : Si tu devais te donner un prix, ce serait lequel ? Tu comprendras tout de suite en répondant à cette question , pourquoi tu n’oses pas demander ce que l’on te doit 😉 Si cet article t’a permis d’avancer, alors , c’est déjà top, continue… 😉 Au plaisir d’échanger avec toi !

  • Merci beaucoup Elodie pour ce texte qui me parle d’autant plus que je suis spécialiste de la relation à l’argent et que j’anime des ateliers sur ce thème en francophonie et que j’ai écrit un livre intitulé « Ce que l’argent dit de vous ». Je vous rejoins sur tout ce que vous écrivez. Notre relation à l’argent est dans mon activité une formidable porte d’entrée pour découvrir l’être humain, ses fonctionnements de chacun, leur relation à eux-même et à la vie. Cela parle beaucoup de nos croyances (limitantes!). Je partage votre idée que voir que l’on a une mauvaise relation à l’argent est largement insuffisant (bien que c’est un début car selon moi, une grande part de la population n’a pas conscience qu’il a une relation à l’argent) et que c’est un travail d’horloger (c’est mon côté suisse…) d’aller voir où la mécanique s’est déréglé et que cela demande de voir son histoire et celle de la généalogie. Je vais lire avec grand plaisir votre magazine et y contribuer et en parler dans ma prochaine newsletter car j’ai envie de contribuer à la réussite de ceux qui la provoquent.

    • Bonjour Christian, et merci pour ce si beau commentaire , très intéressant !!! Honorée de savoir que vous souhaitez partager le Mag’ à votre audience, au plaisir d’échanger à nouveau sur ce sujet toujours aussi brûlant que tabou, bien que démocratisé ( enfin, bof 😉 ) : l ‘ARGENT ! Au plaisir d’échanger , si vous êtes sur les réseaux sociaux , n’hésitez pas à me joindre ! A très bientôt, Elodie

      • Anonyme dit :

        Avec plaisir Elodie. Je suis en lien sur vos pages, vous pouvez aller sur la mienne à mon nom en plus de celle intitulée « la relation à l’argent ».

  • Typiquement français, ce rapport à l’argent ! Il faut avouer, nos médias, connaissances.. ressassent sans cesse que l’Argent corrompt, qu’il détermine une cassure abrupte avec le lien social….
    « L’Argent ne fait pas le bonheur… surtout de celui qui n’en possède pas »

  • Olivier dit :

    Merci pour ce partage très intéressant. J’ajouterai que lorsque l’on est entrepreneur, et plus particulièrement dans le domaine du service, et encore plus particulièrement dans le domaine du coaching, du bien-être, etc… alors un autre problème lié à l’argent apparaît.
    Celui de notre propre valeur. Combien je vaux ? Quelle est la valeur de mes services ? Qu’est-ce qu’ils apportent vraiment ? Est-ce que je mérite d’être payé pour ça ? (syndrome de l’imposteur, bonjour !)
    Pour reprendre le première commentaire, est-ce que j’ose tout simplement demander à être payé ?
    Eh oui, ça va très loin…
    Alors oui, faire la paix avec l’argent, changer ses croyances par rapport à cette énergie, et accueillir notre propre valeur…

  • Aurelia dit :

    Super texte j’ai adoré BRAVO et t’as bien raison … Fais toi payer

  • Anonyme dit :

    En fait moi ce qui me bloque c’est que oui, dans NOTRE société l’argent est fondamental. Mais le troc c’est bien mieux. J’ai refait toute ma maison EXCLUSIVEMENT avec du recyclage et les gens n’y croient pas. Quand je rends un service pratique à ma voisine elle m’apporte des kgs de patates que j’adore, des salades…. si il n’existait pas ce que l’Etat impose on pourrait très bien vivre sans argent!!!!! Et les relations humaines s’en porteraient bcp mieux!. C’est d’ailleurs le résultat d’une étude de l’université d’Harvard sur 70 ans sur le bonheur. Résultat: pas l’argent mais l’authentique relation humaine!!!

  • bergeon dit :

    Merci pour cet article éclairant :)- Je vais appliquer vos conseils. Je me reconnaît tellement dans votre expérience. Merci pour son partage

  • >