Category Archives for "Le Blog"

Echouer ou réussir, quelle est votre motivation?

By Elodie Florenti

​​"En réalité, tout le monde est motivé. Sauf que certains sont motivés à réussir, et d’autres sont motivés à échouer. Si tu n’as pas la vie que tu veux et que tu n’es pas en train de tout faire pour, tu es motivé pour échouer. ​"

Didié Gélanor​ ​n'y va pas avec le dos de la cuillère. Et il a tellement raison!

Cette notion sur la motivation, il me l'a partagée ​lors de notre ​entrevue pour le Mag' de Choisir de Réussir sa vie d'Entrepreneur il y a quelques jours à peine. En toute vulnérabilité et authenticité. 

​J'avais très envie de lui ​​consacrer une grande place dans l'une des éditions, car il fait partie des ​ SUCCESS STORIES comme on les aime tant : puissantes, inspirantes, aussi incroyables que vraies.

Son histoire pourrait ressembler à un conte de fées ou à une série américaine.  Pourtant, Didié, il en a chié. Beaucoup et ​pendant un sacré moment, mais sa motivation ne l'a jamais lâché. ​

Ancien sans-abri, ​une vie en totale perte de sens.  Deux tentatives de suicide.

​Il a pourtant su trouver les ressources nécessaires pour braver la tempête. Il est aujourd'hui créateur de leaders, coach, conférencier et auteur. Rien que ça!

​La seconde raison pour laquelle il me fascine donc tant,  c'est la motivation dont il a fait preuve pour parvenir à atteindre ses objectifs. Et cette motivation lui colle toujours à la peau.

Malgré les doutes, les peurs, et ses croyances limitantes,  son parcours de vie​ lui a finalement donné des ailes. Celles qui lui ont permis de s'envoler vers le succès.

Alors ​nous avons abordé pas mal de sujets durant cette interview: estime de soi, confiance en soi , ​leadership tel qu'il le perçoit : "ma définition du leadership, c'est sortir de la victimisation, pour décider de la vie que l’on veut avoir. Et ce, en mobilisant toutes les ressources que l’on a. On fait l’inventaire de ces ressources, et si certaines nous manquent pour réussir, on se lève et on va les chercher."

On a même poussé jusqu'à la spiritualité, les signes, l'impalpable. Bref, vous l'aurez compris, un moment aussi riche qu'inoubliable.

Cependant, revenons-en à la motivation, parce qu'il y a un truc qui m'a pas mal titillé depuis notre échange.

Et ce truc, j'ai envie de vous le partager aujourd'hui...

​c'est la ​confusion entre ​la croyance que l'on est pas motivé à agir alors qu'en réalité, on est toujours motivé par quelque chose : la réussite ou l'échec (comme le souligne justement Didié avec beaucoup d'humilité).

Être convaincu que l'on est pas motivé pour agir en direction de son succès semble finalement être une erreur d'interprétation, et si je reprends la phrase sous ce nouvel angle, cela donne:

" Si je ne suis pas motivé pour agir en direction de mon succès, c'est qu'inconsciemment et quelque part, je suis motivé pour échouer".

​​Et boum, tout prend une autre allure, un autre sens.

Direction l'estime de soi et petit retour en arrière, toujours avec pour exemple le parcours de vie exceptionnel de Didié.

Ceux qui auront la chance de lire le magazine comprendront tout de suite à quoi je fais allusion. Mais en résumé, certains moments de sa vie ont terriblement impacté son estime personnelle jusqu'à ce que son niveau soit à zéro. ​Il s'est finalement considéré comme un moins que rien qui avait échoué dans sa vie, ​et ​s'est donc inconsciemment motivé ​à mettre en place toutes les stratégies nécessaires pour valider sa croyance d'être né pour échouer.

Jusqu'à ce qu'il découvre qu'un ailleurs, autrement, était possible. Il a donc mis de nouvelles stratégies en place, cette fois en mode "motivation positive" pour changer de vie. Et ça a fonctionné plutôt vachement bien!

Comme quoi, bien souvent, nous ne nous rendons pas du tout compte que notre motivation est en réalité toujours présente. Elle prend simplement la tournure que nos émotions, notre passé, nos expériences de vie veulent bien lui donner : version réussite ou version échec.

On pense ne pas avoir la motivation nécessaire pour agir vers la validation de notre succès... ​

​Et si, tout simplement, notre motivation ​pour ​agir vers ​la validation de notre échec ( notre zone de confort, nos peurs et nos croyances)  était plus puissante, plus forte que la validation de notre succès?

​La bonne question à se poser est donc:

​Que se passerait-il ​si votre motivation pour réussir était plus puissante que celle d'échouer?
J'attends vos commentaires comme jamais !!!
​PS: un immense merci à mon ami Didié Gélanor pour sa vulnérabilité, sa générosité et la motivation contagieuse qu'il laisse partout où il passe...


Comment rayonner pour devenir un business millionnaire et authentique?

By Elodie Florenti

​"Comment rayonner pour devenir un business milionnaire et authentique?" 

C'est le titre de l'article que m'a envoyé Margaux Klein pour la nouvelle édition du Mag' de choisir de Réussir sa d'Entrepreneur.

​Très honnêtement, jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais fait d'articles sur mon blog au sujet de l'un de mes invités sur le Mag'. Va savoir pourquoi, je n'y ai jamais vraiment pensé, j'ai toujours réservé ça à ma page Facebook. Mais quand tu rencontres des nanas comme elle, j'entends par là des ​filles aussi "barrées" que toi, inspirantes et déterminées comme jamais, bien ça te chauffe, ça t'inspire et tu peux pas t'en empêcher parce que t'as envie de crier au monde:

 "Putain, osez être vous pour réussir quoi! Osez l'authenticité! Et osez viser les millions, pas les centimes!". 

( petit aparté: sois pas choqué si tu lis quelques gros mots dans mes articles, parce que oui, ça fait aussi partie de mon authenticité. Alors si tes yeux sont chastes, sorry angel... mais on sera peut-être pas faits pour s'entendre).

​Mon cri au monde risque de sonner comme un coup de marteau en plein centre du crâne, et pourtant, tout est là. Oser être et avoir une vision claire de tout ce qui se trouve en face et autour de toi : peurs, doutes, croyances limitantes, argent, estime de toi... bref, tout ce qui en fait n'est qu'énergie et à laquelle tu donnes un pouvoir positif ou négatif sans même t'en rendre compte.

​Au fait, parler de millions, de créer de l'argent avec ton business, ça résonne comment en toi? C'est mal, c'est pas éthique, c'est du vol, de l'escroquerie?

​Ah ah... si oui, bien voilà pourquoi tes revenus stagnent. Parce que ta vision de l'argent détermine entre autres ton niveau de réussite financière. Et là-dessus, crois-moi, j'en connais un rayon ( du vécu pur et dur!). Ce n'est pas pour rien qu'aujourd'hui, j'aide les entrepreneurs à pulvériser leurs blocages pour multiplier leurs revenus!

Et c'est fou comme ça fonctionne bien et l'allure à laquelle on peut se transformer quand on ose  faire switcher son mindset d'entrepreneur du manque à l'abondance!

Alors Il serait peut-être temps que tu te déshinibes face à l'argent, qu'en penses-tu?

Si tu considères que l'argent est négatif, pourquoi en voudrais-tu?

Bref, si il y a un point sur lequel Margaux et moi on connecte plus qu'à fond: les blocages que ​tu mets inconsciemment en travers de ​ton chemin entrepreneurial t'empêchent d'exploser, de rayonner, d'impacter et par conséquent, de réussir. Elle en parle d'ailleurs très bien dans son article ​où elle te ​donne même les 4 règles qui garantissent la réussite de ton entreprise, et crois-moi, c'est puissant: fausses croyances (argent= inauthenticité), clarification de sa vision en 3 étapes, prise de décisions, les 6 étapes d'un business millionnaire... elle te dit tout.

Quand tu comprends que l'argent est un moyen et non pas une fin, ton mindset d'entrepreneur prend tout son sens.

Un moyen de quoi? De contribuer, de te rendre libre, de faire plaisir, de te donner les moyens de faire réussir encore plus tes clients.

Parce que sans un rond, au final, tu fais quoi?

  • Tu veux​ proposer un séminaire ou un atelier d'un week-end, tu fais comment pour payer ta salle? 
  • T​'as envie de faire un wébinaire, tu fais comment pour acheter Webinarjam, Gotowebinar ou autre?
  • Tu veux partir en vacances avec ta famille, mais t'as pas un centime, ça se passe comment?

Et au final, quelles sont les conséquences à court, moyen et long terme pour toi?

Et si tu acceptes enfin le fait que créer de l'argent, c'est bénéfique pour tout le monde (et pas que pour toi), là tu fais encore un pas en avant. ​

Maintenant, j'ai une question pour toi:

​Qu'est-ce que t'évoque un business millionnaire et authentique?
​Hâte de lire ta réponse en commentaire!


La confiance en soi entrepreneuriale est proportionnelle à ce qu’on fiance en soi

By Elodie Florenti

La confiance en soi entrepreneuriale.

Vaste sujet n'est-ce pas?

​Vous aussi, vous passez un temps fou ​à lire des articles pour renforcer la confiance en soi, à regarder des vidéos, écouter des heures de conférences, lire des livres et de développement personnel sur l'estime et la confiance en soi entrepreneuriale pour qu'au final, ça ne change pas grand chose, ou même rien en vous? Ni personnellement, ni dans votre business? Pourtant, avec tout le contenu que l'on a à disposition aujourd'hui, on devrait tous avoir une confiance en soi de titan!

C'est la raison pour laquelle j'ai consacré ​le prochain Mag' de Choisir de Réussir sa vie d'Entrepreneur à la confiance en soi entrepreneuriale, appréhendée sous un angle complètement différent, pour le succès de votre business. Parce qu'il est temps que vous receviez ce que vous méritez: le succès entrepreneurial. (J'en profite pour remercier de tout coeur mes partenaires experts: Margaux Klein, Max Dorville, Paul Pyronnet, François Gaudreault entre autres sur cette édition, ils ont contribué au High Level du Mag' en ​mode état d'esprit millionnaire et sans tabous.)

Revenons-en à nos moutons...

​Comment se fait-il que le miracle ne se produise pas, et qu'au bout d'un moment, on finisse par se dire que pour nous, toutes ces techniques ne fonctionnent pas?

Pour être honnête, des miracles comme on les imagine, il y en a aucun, ça n'existe pas. Et au fond, chacun de nous le sait. Mais il est toujours grisant de rester dans l'espoir et le rêve de trouver la baguette magique qui fera notre transformation sans prise de tête et en un simple claquement de doigts. C'est toujours kiffant de se dire que quelque part, il existe "le" trésor caché, LA solution sur laquelle on va tomber et qui va faire le job à notre place, nous permettre de changer sans rien faire de fatigant ou de stressant.

Et concernant l'estime de soi et la confiance en soi ​, c'est pareil.

Par contre, voilà comment je suis passée d'une confiance en soi entrepreneuriale fragile à ​un niveau de confiance en soi élevé :

1/ L' engagement 

2/ Une union saine.

L'engagement.

Car voilà le don que tout être humain a: déplacer les problématiques pour ne pas se sentir responsable de sa situation actuelle, et par conséquent, se planter totalement de chemin.

Et rendre les autres responsables de nos échecs ou de notre vie pourrie, de notre business qui périclite, c'est l'erreur fatale.  "Formation bidon, livre inutile, conférence ennuyante, du déjà vu, lu, entendu...". Combien de fois est-ce que j'entends ça? Tout le temps!

Alors, oui, il se peut en effet que cela arrive de ne pas être satisfait, cela dit, ma question est:

T'es-tu vraiment engagé à appliquer un jour tout ce que tu as trouvé dans cette fameuse formation, livre ou vidéo pour travailler ta confiance en toi entrepreneuriale? Ou bien ne vas-tu qu'à la chasse à l'information, histoire de te rassurer en ayant plus de connaissances? Nous ne sommes pas en mode procès, que ce soit bien clair, mais à un moment, il est important d'avoir le courage de voir les vraies choses en face et d'être honnête avec soi.

Crois-moi, ta liberté commence le jour où tu oses être honnête avec toi et que tu t'engages à changer ce qui t'empêche de faire évoluer ton business.

​Et ça, ça nous appartient. Personne ne pourra le faire pour nous.

S'engager, c'est ​:

- oser être​ : soi, authentique, aligné, en accord avec ses valeurs...

- oser faire : des actions, des erreurs, des sorties de zone de confort, des rencontres, des partenariats, des demandes d'aide...

oser avoir : sa liberté, de l'argent, son indépendance, son temps, la possibilité de vivre de sa passion...

Mais quel est le point commun à tout ça ? ​Ton engagement!

L'union saine.

Parce que notre niveau de confiance en soi est proportionnel à ce que l'on fiance en soi.


( applause pour le jeu de mots, qui pourtant, est une évidence dont on a pas souvent conscience).

Souviens-toi toujours de ceci: Tout ce avec quoi tu es fiancé fait varier inéluctablement ton niveau de confiance en toi.

​Et là, il est nécessaire d'aller à la rencontre de son passé, des expériences vécues et des émotions ​associées.

Tu t'es fiancé avec tes peurs? Tu vis avec.

Tu t'es fiancé avec tes croyances? Elles sont devenues ta réalité.

Ton estime de toi s'est construite ainsi. Sur tes fiançailles émotionnels.

​​Le jour où j'ai rompu mes fiançailles avec mes peurs et mes anciennes croyances, j'ai commencé à élever ma confiance en moi avec puissance, et mon niveau de confiance en soi entrepreneuriale a augmenté naturellement. Nouvelles habitudes, nouvelles attitudes. Union saine.

Il est ​primordial de prendre conscience que la confiance en soi entrepreneuriale ​fait partie de l'état d'esprit d'un entrepreneur à succès.

Ma question du jour est donc:

​"comment serait ton business si ton niveau de confiance en toi était beaucoup plus élevé?"

​Hâte de lire ta réponse en commentaire et d'échanger avec toi sur le sujet!

Bon succès!

Si tu veux réussir, ne confonds pas indépendant et entrepreneur!

By Elodie Florenti

Es-tu un indépendant ou un entrepreneur?

​C'est la question qui perturbe, et qui peut même vexer. En tous cas, je le sais, elle fait toujours un peu grincer des dents.

Mais pourquoi est-il urgent que tu te poses cette question?

Parce que tu as besoin de te situer, de prendre conscience de ton vrai positionnement pour comprendre ce qui peut t'empêcher de gagner plus , c'est-à-dire d'augmenter tes revenus d'entrepreneur.

Car être mal positionné, c'est un peu comme marcher à côté du chemin sans s'en apercevoir.

​Il y a trois jours à peine, rebelote: ​​un de mes nouveaux clients, qui se présente comme un entrepreneur "qui n'est pas né de la dernière pluie", vit confortablement de son business mais ne comprend pas pourquoi il stagne.

Il a beau chercher à gauche et à droite, il n'arrive pas à ​franchir le cap supérieur niveau revenus. 

Pourtant, il en met des actions en place, il en applique des stratégies apprises dans différentes formations. Un super bon élève quoi. Mais il en a marre de faire du statu-quo et de n'obtenir aucun résultat positif.

Alors, je lui pose la question fatidique, et il me répond avec un aplomb pas possible :

"Quelle question! Un entrepreneur, c'est un indépendant!"

​Voilà que je m'y attendais à celle-là, et sa réponse était "normale". Dans sa tête, c'était un indépendant!

Parce que non, un indépendant et un entrepreneur, dans l'état d'esprit du succès, c'est pas pareil, loin de là.

Non non non...

​Si tu te positionnes (inconsciemment) uniquement en tant qu'indépendant, tu es à la quête de la liberté de temps. Ton intention est de ne plus dépendre d'un patron qui t'inflige des horaires, des jours de travail, de congés, des tâches... Tu vises donc l'indépendance de temps et de prises de décision, la possibilité de faire tes propres choix. Et ton mindset travaille en ce sens. FREEDOM FOCUS. Mais tout ça, à l'instant où tu me lis, je le répète, c'est inconscient, ok?

Et comme l'indépendance, c'est pour toi synonyme de liberté de temps et de choix​, que c'est ​ta priorité, tu mets en place tout ce qu'il faut pour ​l'atteindre. ​Ton cerveau se concentre quotidiennement pour valider la perception de l'indépendant que tu es.

Alors oui, tu vas tenter de faire en sorte de pouvoir emmener tes enfants à l'école, ne pas rentrer trop tard, essayer de partir en week-end, sortir un peu et voir tes amis... si toutefois tu es bien organisé et que tu as les finances pour!

 Et pendant que tu t'évertues à donner un sens à ton activité d'indépendant, tu négliges la part d'entrepreneur qui est en toi, celle qui te fait passer au niveau supérieur financièrement.

​Faire prospérer ton business quand tu te positionnes en tant qu'entrepreneur, ​c'est ton ​devoir.

Gagner de l'argent aussi, et pas ​avec ​des revenus de salarié ( à moins que ce soit un choix délibéré de ta part de ne pas ​avoir de gros revenus).  

On va utiliser les vrais mots et arrêter de se cacher derrière le​s "oui mais quand on vend du service, on ne peut pas se faire payer autant que si on vendait quelque chose de matériel", " c'est pas honnête de faire payer les gens parce qu'on les aide", "​je m'aligne sur la concurrence", "je veux pas passer pour un escroc"... 

​Si c'est comme ça que tu perçois ton activité, ​t'es en mode indépendant. C'est d'ailleurs souvent le cas des coachs, thérapeutes et entrepreneurs en ligne qui estiment leurs offres et leurs services en temps et en prix et qui se sentent illégitimes à offrir leurs solutions, parce que: 

  • 1° ​ tu n'imagines même pas qu'il soit possible d'augmenter tes revenus.
  • 2° ​ça peut te faire peur de gagner plus.
  • 3° ​tu as mis un plafond de verre financier au-dessus de ta tête et qu'il t'arrive tout juste au sommet du crâne. Alors pour ne pas le briser, tu marches courbé.
Maintenant, on va parler de ce qu'est un entrepreneur à succès si tu veux bien. ​

Non seulement il à la recherche de la liberté de temps, mais aussi de liberté financière.

Ses ​intentions vont bien au-delà de la prise de décisions ou du temps qu'il choisit d'investir dans son business.

Il veut servir ​ses clients le mieux possible, apporter ses solutions à un maximum de personnes qui rencontrent une problématique spécifique, il contribue, il accompagne.

Et au plus il aide, au plus il gagne d'argent​ qui est pour lui un résultat, une conséquence, un moyen d'aller plus loin (et certainement pas une fin).

Voilà la différence entre une posture d'indépendant et une posture d'entrepreneur à succès, qui est payé pour avoir offert une valeur inestimable à ses clients, pour les avoir fait passer du problème à la solution, et avoir pu transformé leur vie.

L'indépendant est centré sur lui et sa liberté de temps avant tout.

​L'entrepreneur à succès est centré sur ses clients, et il obtient, en plus de la liberté de temps, la liberté financière, conséquence de la valeur inestimable qu'il leur apporte.

Parce que je tiens à rajouter un truc quand même, tu pourras me dire ce que tu veux, si tu stagnes financièrement, la conséquence est que tu stagnes aussi ​personnellement.

​J'appelle ça la RESTRICTION inconsciente:

tu t'habitues à ne pas dépasser l​e plafond financier que tu t'es fixé ( toujours inconsciemment).

Que se passerait-il donc si tu passais d'un mindset d'indépendant à un mindset d'entrepreneur à succès?

​A quoi pourrais-tu accéder que tu ne peux atteindre actuellement professionnellement parlant?

Je te pose cette question pour que tu prennes simplement conscience que quand on a pas le bon mindset, et qu'on reste en mode indep', on se contente d'être heureux car libre de son temps, (parce que c'est devenu notre ​définition), mais en souffrance de tout le reste, bien souvent dû au manque d'argent.

Parce que quand tu bosses à ton compte et qu'il te manque la monnaie, tu ne peux pas par exemple:
  • - déléguer ce que tu ne sais pas, peux pas ou n'aime pas faire pour te concentrer uniquement sur ton business;
  • - te former comme tu le souhaites;
  • -  investir autant que tu le voudrais ( acheter du matériel plus performant, te déplacer à des séminaires, conférences, rencontres entrepreneuriales, louer un bureau rien qu'à toi pour pouvoir bosser tranquille et recevoir tes clients, partenaires​ si bien sûr, ton activité le nécessite);
  • - te permettre trop de rendez-vous pro ​au resto ou à l'extérieur dès que tu sais que ça va te coûter un bras;

​Et ce ne sont que quelques exemples.

Et personnellement, ​des vacances, ​des possibilités de faire plaisir à ta famille et tes enfants avec des sorties, des voyages? Fini le stress de compter les fins de mois, les clients disparus, le front qui transpire quand ton banquier t'appelle?

Je voulais donc finir par te dire que si tu en as marre de plafonner côté revenus, il est temps que tu sautes de l'autre côté de la barrière pour te retrouver dans le vrai monde de l'entrepreneuriat.

Et il est temps que je te dise aussi que si je t'en parle avec autant de ferveur et de conviction, c'est que moi aussi, j'ai été une "indépendante" pendant des années, et que ça m'a coûté très cher de ne pas en avoir pris conscience avant. J'aurai tellement aimé que quelqu'un me dise tout ça, ça m'aurait évité de m'auto-saboter. Aujourd'hui, je t'annonce que pour rien au monde je sortirai de l'entrepreneuriat éthique, authentique et unique. Alors si tu veux entamer ton processus :

  • 1) passe du mindset d'indépendant à celui d'entrepreneur à succès
  • 2) demande-toi pour la première fois, droit dans les yeux, quels sont tes réels objectifs financiers
  • 3) Licencie tes faux blocages pour embaucher ton vrai succès

Parce que tout entrepreneur à succès a le devoir de licencier ​celui qui fait mourir son business, tu as le devoir de licencier celui qui fait stagner le tien.

Et toi, te sens-tu indépendant ou entrepreneur?

​J'attends ta réponse en commentaire.. Ose, va, oser, c'est le début de la transformation 😉

A tout de suite, Elo

Tes tarifs reflètent la valeur que tu portes à tes offres … et à toi

By Elodie Florenti

​Tes tarifs reflètent la valeur que tu portes à tes offres... et à toi.

J'en ai marre d​e passer par quatre chemins, de prendre des gants pour faire en sorte de ne heurter personne. C'est pas moi ça, alors autant y aller "cash" et dire les choses telles qu'elles sont.

Des gants, j'ai en trop pris avec moi-même pendant des années pour me soit-disant préserver, et crois-moi, ça m'a plus desservi qu'autre chose.

​Puis pourquoi après tout se baillônner quand on sait que ce que l'on va dire va pouvoir ​aider quelqu'un, peut-être même toi... qui sait?

Bienveillance n'est pas synonyme de brossage dans les sens du poil.

C'est mon point de vue; alors on va parler des vraies affaires, avec bienveillance, mais en toute honnêteté et authenticité.

Alors oui, bien sûr, la suite de cet article est réservé aux entrepreneurs, coachs et thérapeutes engagés, motivés à envoyer du lourd et à faire de leur business quelque chose de beaucoup plus puissant. ​

Mais il y a un moment dans ta vie d'entrepreneur (ne confonds pas être indépendant et être entrepreneur)  où tu dois faire un choix crucial: te développer, y compris financièrement ( si évidemment cela fait partie de tes objectifs) , ou stagner en continuant à voir petit, toooouuuut petit. De la même façon dont tu te perçois, toi et la valeur que tu te portes. 

Toi et ce que tu peux apporter au monde. Toi, et tout ce que tu as à transmettre à tes clients pour leur offrir la SOLUTION qu'ils attendent comme le messie depuis des lustres.

Imagine deux minutes que t​es tarifs soient plus élevés... ça changerait quoi à ta vie actuelle?

​Beaucoup plus de plaisirs pour toi et ta famille? D'immenses possibilités comme voyager, déménager, avoir ton propre bureau plutôt que de bosser sur la table de ta cuisine ou de ton salon? Contribuer à des organisations humanitaires? Investir en toi pour te développer personnellement et faire grandir ton business?

​C'est ok. Si c'est un oui qui se déclenche dans ton cerveau, ou que d'autres idées te viennent, bingo. On est sur le bon chemin.

​Sauf que là, au moment où tu me lis, c'est pas vraiment le kif pour toi. Parce que t'es loin de tout ça.

Tu balances des tarifs au rabais, tu fais des ristournes, puis ton prochain client, c'est le pote de ton beau-frère, alors tu vas pas lui faire payer non ?

Puis évidemment, tu estimes que ce que tu fais, les services que tu proposes, ne méritent pas plus qu'un bon 50 euros de l'heure. ​

Hep hep hep ! Stooooooop!

​Attends, on fait un arrêt sur image et on remonte deux phrases en arrière : "Tu balances des tarifs au rabais, tu fais des ristournes en veux-tu en voilà, puis ton prochain client, c'est le pote de ton beau-frère, alors tu vas pas lui faire payer?"

​Heuuuu... t'es sûr que ta définition de l'entrepreneur à succès est la même que la mienne?

Non, parce que je t'explique juste un petit truc : tes tarifs reflètent l​a valeur que tu te portes, à toi et à tes offres.

​Pourquoi selon toi les tarifs que tu proposes sont-ils "coincés" dans une certaine fourchette?
​Parce que la valeur que tu t'accordes et que tu accordes à tes services se situe dans ce​s tarifs! C'est ton plafond de verre.

Pour toi, c'est normal, parce que c'est TA normalité. C'est logique, parce que c'est TA logique.

Ce sont tes croyances et tes peurs qui ont créé ta zone de confort financière. Celle qui te rappelle à l'ordre et qui te dit à l'oreille:

" Non mais tu déconnes ou quoi? Des prestations à 5000 €? Voleur, arnaqueur va..."

​" Pffff, mais qui sera assez débile pour dépenser 10 000 € dans un coaching? Quel est le con qui va ​dépenser 4000€ pour ​mes thérapies?"

​" Ce que j'offre ​vaut le prix que je demande. Mes concurrents sont aussi dans cet ordre de prix. Si j'augmente mes tarifs, de toutes façons, je vais perdre tous mes clients!"

Et là, tu me vois pas, mais je suis en transe sur mon fauteuil de bureau.

Prends deux secondes et relis tous les mots ou phrases en gras juste plus haut :

​"voleur, arnaqueur, débile, con, ce que j'offre vaut le prix, si j'augmente, je vais perdre mes clients..."

​Je vais te faire gagner un temps fou là... je sais pas si tu en as conscience, mais si tu as ce genre de pensées, voilà ta perception :

​1) avoir des tarifs haut de gamme = être un voleur ou un arnaqueur

2) payer pour des prestations élevées = prendre tes clients pour des cons ou des débiles fragilisés.

3) tes prestations ne valent pas grand-chose, tu places donc un tarif synonyme de leur valeur.

4) tu t'alignes sur ta concurrence, mais vers quelle concurrence compares-tu tes tarifs?

5) tu te retrouves coincé dans tes​ prix sous peine de voir tes clients disparaitre si jamais tu en changes.

Et c'est la façon dont TOI tu vois les choses qui se reflètent dans ton business. Tu as acquis des croyances dont tu as fait ta réalité:

  • ​- comme tu ne veux pas passer pour un voleur ou un arnaqueur, pas question de lever tes tarifs;
  • ​- étant donné que tu ne considères pas tes clients comme des débiles ou des cons, et que tu les respectes, tes prestations sont peu élevées;
  • ​- et puisque tu estimes qu'elles ne valent pas grand-chose en plus, tu ne vas pas aller les faire payer cher;
  • - et bien sûr, tu t'alignes sur ta concurrence pour ne pas perdre de clients.

Tu vois, quand on résume, tout s'éclaire ( enfin, j'espère!).

Alors attention, gros bémol: si tu essaies de vendre quelque chose qui n'apporte rien à ton client, qui ne lui offre finalement pas de solution spécifique, qui n'a pas de valeur à lui transmettre, évidemment, arrête ça tout de suite. Parce que là, ce serait vraiment prendre tes clients pour des cons. Et ça, c'est inacceptable.

Pose-toi tranquillou et bosse sur ton client idéal. A fond, pas en mode "je le connais, c'est bon". Parce que non, tu ne le connais pas tant que ça si tu n'as pas de résultats à la hauteur de tes aspirations.

Par contre, quand tu as compris les maux de ton client idéal, les vrais, les profonds, ses douleurs, ses besoins... là, c'est plus pareil: tu commences à mettre le premier pied dans la cour des grands.

​Si je te demandais maintenant combien toi tu serais prêt à payer pour que ton business prenne une ampleur extraordinaire, que tu sois reconnu, que tu deviennes méga impactant afin d'avoir des clients à n'en plus finir? Que tu deviennes un entrepreneur à succès, libre et heureux​? Que tu puisses enfin résoudre définitivement un problème qui te hante depuis des années et te pourrit ta vie?
Je suppose que tu serais prêt à payer ​"cher" n'est-ce pas?

​Est-ce que cela ferait de la personne qui te ​fait cette promesse un voleur ou un arnaqueur?

Te considèrerais-tu comme un gros con ou un débile en achetant ses services?

Quelle serait à tes yeux la valeur que pourrait t'apporter la résolution de la ​problématique qui t'a pourri la vie jusqu'à aujourd'hui, et pour laquelle tu n'avais trouvé aucune solution concrète?

Le verrais-tu comme une dépense ou un investissement?

Au contraire, tu viendrais de prendre la ​meilleure décision de ta vie.

Et tu vois, les entrepreneurs qui font aussi ce choix ​font partie de ceux qui visent le sommet, qui se respectent, et qui se ​sont engagés à prospérer.

Ils ont le courage et l'audace d'investir en eux parce qu'ils savent pertinemment qu'ils vont faire des bonds de géant ensuite, qu'ils vont obtenir la solution qu'ils ont passé à chercher pendant des années et que cela va leur permettre de s'épanouir et d'atteindre leurs objectifs.

Tout est question de valeur apportée, pas d'argent. Et la tienne est essentielle pour l'évolution de ton business.

​Si tu traduis tes produits ou tes services par le montant de tes prestations, tu y retrouveras certainement la réponse.

Si :

  • - tu n'arrives pas à ​monter les marches supérieures de ton escalier financier, ne remets pas en question en premier lieu tes offres, tes stratégies, ou ta communication (c'est bien connu, on a toujours tendance à rendre l'extérieur responsable de notre situation), mais sois plutôt attentif à ce que cela t'évoque si jamais tu y parvenais.
  • ​- tu sens que tes offres ne sont pas top, incomplètes ou à moindre valeur, retravaille-les, offre plus, mieux. Donne-toi à fond pour tes clients et propose-leur des solutions concrètes. Améliore-toi, apprends, recherche, jusqu'à ce que tu te sentes à l'aise quand tu les proposes. Ça t'évitera de te sentir en pleine imposture par la même occasion.
  • ​- par contre, si tu sais au fond de toi que tu as du contenu de valeur exceptionnel, que tu as les capacités d'offrir des solutions spécifiques à tes clients qui rencontrent un problème spécifique, et que tu ​proposes des tarifs minimums, alors change de perception, va chercher ce qui te fait peur et te bloque, et sois honnête avec toi-même.

N'oublie jamais que si ton client idéal, c'est ​ton ancien toi situationnellement, il n'en reste pas moins ton TOI actuel émotionnellement. Tu attires les clients qui te ressemblent et ça matchera parce que votre vision financière sera la même.

C'était mon petit speech du jour, juste pour que tu prennes vraiment conscience ​que tes tarifs déterminent ​tonestime de ​toi, ​la valeur que tu te portes et celle de tes offres.

Je suis passée par là. J'ai appris. J'ai compris. Et désormais, je vois grand, très grand.

​Une valeur inestimable dans une offre a un prix inestimable. Et ta valeur, ce sont tes solutions. Souviens-t'en.
​Juste par curiosité, comment perçois-tu ​cet article? Est-ce qu'il résonne en toi?  Tellement hâte de lire ta réponse dans les commentaires !
​A tout vite, Elo















Un entrepreneur à succès est un Indiana Jones des temps modernes…

By Elodie Florenti

​Oh que oui, être un entrepreneur qui réussit, c'est être un ​​aventurier des temps modernes, dont la vie est rythmée par la quête du sens qu'il veut lui donner, ​tout en étant confronté à des ​peurs et croyances qu'il arrive à dépasser pour atteindre ses objectifs et trouver ​​​​son propre trésor caché.

​Le parcours de l'aventurier, comme celui d'un entrepreneur à succès, est semé d'embûches, d'obstacles. Il se met en danger mais finit toujours par arriver au bout de sa quête, quand il est bien ​préparé évidemment.

Question de mindset. Indiana Jones, je le kiffe, c'est un modèle entrepreneurial. Il a une intention ferme, réussir. Et ​il n'a que faire des malédictions et de ses ennemis. Les péripéties font partie de ses expéditions, et il s'en fout, parce qu'il s'y attend et qu'il sait déjà comment anticiper. Il est courageux et passionné I.J.

​Et bien l'aventure entrepreneuriale, c'est pareil: ​​​c'est partir à la quête du trésor qu​e nous avons décidé de nous emparer, ​à travers de multiples expériences. Parfois heureuses, parfois douloureuses. Ça fait partie d​u jeu.

Alors on peut voir l'entrepreneuriat ​à l'aveugle,​ comme ​une montagnes de difficultés, de fatigue et de stress, en passant sa vie à ramer ​pour gagner des clopinettes, ou comme Indiana Jones, avec des yeux d'aventurier que rien ne pourra détourner de son objectif: récupérer le trésor.

Parce que c'est ça la vie, quand on a un business. 


LES QUALITES DE L' AVENTURIER ENTREPRENEUR À SUCCÈS.


Pourquoi admire-t-on les super héros et les aventuriers? Parce qu'ils nous font rêver, parce qu'ils excellent. Parce qu'ils n'ont peur de rien, ils osent et ont le courage d'affronter des ​étapes, même ​compliquées. L'entrepreneur à succès aussi.

​Indiana compte uniquement sur lui mais sait s'entourer d'experts. Quand il a besoin d'aide, il la demande. On le croit toujours seul mais il ne l'est jamais vraiment.

Quand il tombe, il se relève, et n'abandonne jamais. Même si il souffre, même si il est poursuivi par des méchants, Indiana Jones, il en a rien à foutre, et ce n'est pas ce qui l'arrête. Il puise ses forces à l'intérieur de sa quête, et ne se pose pas des milliers de questions. Il passe à l'action, point final. Parce qu'il sait exactement ce qu'il doit faire.

Il s'est engagé pleinement dans sa mission de vie. Son focus, c'est atteindre le trésor.

​En fait, rien ne l'arrête. Parce que son volcan intérieur est plus puissant que tout. Que la flamme qui l'anime est inextinguible. Qu'atteindre son objectif est ​sa mission ​. C'est ça aussi un entrepreneur qui réussit.

Penses-tu qu'Indiana Jones se trouve nul, incapable? Penses-tu qu'il se dit un seul instant qu'il n'y arrivera jamais? I.J a une estime de lui à la hauteur de son potentiel, même si il reste humble. Et heureusement d'ailleurs! Qu​elle serait ​ta réaction si ​tu apprenais maintenant que malgré tout son talent, il ne se ​considère pas comme excellent et jamais à la hauteur?

​L'aventurier suit son intuition, et écoute son coeur. ​Il a le mindset d'un entrepreneur à succès.

​I.J, comme tous les héros, ne laisse pas insensible. Il ne passe pas inaperçu, on s'en souvient toujours parce qu'il a le don de laisser une trace indélébile partout où il passe. 


INDIANA JONES EST UN LEADER IMPACTANT


​Indiana Jones est un leader et un vrai. Il inspire et impacte tous ceux qui le rencontrent. Voilà ​ce qu'est aussi un entrepreneur ​à succès. ​C'est un entrepreneur d' impact.

Souviens-toi de cet effet, cette influence positive  et déterminante qui s'est produit en toi lors d'une rencontre ou d'un échange avec quelqu'un de spécial. Cette énergie puissante qui t'a traversé le corps et s'est imprimée à jamais dans ton cerveau. Souviens-toi avoir dit suite à ​cette rencontre d'impact:  "il m'a marqué à jamais, je me souviendrai d'elle toute ma vie..."

​​​​Que dirait-on d'I.J s'il n'​avait impacté personne? On ne dirait rien justement, parce qu'il serait passé inaperçu et personne ne s'en ​rappellerait. Pourtant de lui, trente ans après, on s'en souvient encore. Il a réussi à laisser un héritage émotionnel à des centaines de millions de gens.

Indiana est un leader ​d'impact.

Et être impactant, chez un entrepreneur, c'est la voie royale vers le succès.

Tu peux en connaitre des tonnes, avoir les meilleurs produits, être un expert dans ta discipline, si tu n'impactes personne, tu échoues.

Tu peux en faire des caisses, si tu n'impactes personne, ton business meurt.

Encore pire, si tu ne fais rien, c'est toi qui meurs dans l'oeuf.

​​Être impactant, c'est ce qui va te permettre:

  • - de te distinguer de la masse,
  • -d'être remarqué
  • - ​de te créer un réseau puissant
  • - de gagner en confiance et en valeur
  • - d'être unique
  • - de marquer les gens que tu vas rencontrer et leur laisser l'empreinte de ton héritage émotionnel

et par conséquent...

- d'avoir plus de clients et de partenaires d'affaires

- et de gagner plus d'argent

T'es-tu déjà demandé comment cela se faisait-il qu'autant d'entrepreneurs pourtant talentueux dans leur sujet n'arrivent pas à décoller ni à exploser leur business?

​C'est parce qu'ils n'impactent personne, qu'ils ressemblent à tout le monde, qu'ils proposent des choses certainement excellentes dans le contenu, mais sans saveur, sans couleur. C'est fade, c'est plat, c'est ennuyeux.

​Et à moins d'être le nouvel aventurier qui réinvente la poudre, peu de chance que ce soit seulement ton activité qui te fasse réussir.


​ET SI TU DEVENAIS L'INDIANA JONES DE TON BUSINESS?


Le truc, il est simple: soit tu continues à errer les bras ballants, et à tourner en rond autour de ton business qui n'atteint pas les résultats escomptés, soit tu passes à la vitesse supérieure, tu te places au coeur ​ en mode I.J en ​partant à la quête de ton trésor: l'impact.

Mais pas n'importe comment. 

​Tu vas devoir te faire à l'idée qu'entre être ​un simple entrepreneur et devenir un entrepreneur à succès, il y a un monde.

 Ça va pas être de tout repos et avant de partir à la quête de ​l'impact, ​tu vas avoir besoin de te préparer correctement et efficacement. Il va falloir pour cela:

- ​ que tu travailles d'abord ta posture d'entrepreneur à succès: pour cela, relis les qualités de l'aventurier entrepreneur au début de l'article et fais le point entre toi et lui.

- que ton aventure aies du sens

- que tu t'engages avec toi-même à atteindre le trésor

- que tu saches définir ton parcours ​en créant ​ta propre carte 

- ​que tu adoptes un mindset digne de ce nom

- que tu prennes conscience qu'il va y avoir des étapes parfois chaotiques à traverser

- que tu travailles tes peurs et tes ​croyances grâce à ta boussole interne, ​parce que ce sont elles qui vont t'empêcher ​de progresser sur ton parcours d'aventurier

- que tu ​aies le bon équipement

- que tu uses et abuses de ton intuition et de ta créativité

Tout comme Indiana.

Tu n'es pas devenu entrepreneur pour sauver le monde, mais pour sauver TON monde, souviens-t'en toujours.

​Je suis curieuse de savoir ​ce qui se passerait dans ta vie d'entrepreneur si tu devenais l'I.J de ton business...

Qu​'est-ce qui changerait dans ​ta vie d'entrepreneur si ​tu avais​ l'impact de Mr Jones?
​J'attends ta réponse avec impatience 😉 Go futur Indiana !



Où ton train te mène-t-il? Voici 3 clés pour trouver le sens de ta vie.

By Elodie Florenti

Je reviens d’une séminaire de 3 jours à Lyon, l’AZ EXPRESS avec comme intervenants Paul Pyronnet et Lionel Caldérini, Martin Latulippe, Laura Massis, Max Dorville, Melissa Normandin-Roberge, Yvon Cavelier, Simon Caporossi, Aurore Roegier, Jerome Prault et moi-même. Bref, nous étions une team de feu animée par l’envie de contribuer à la réussite des entrepreneurs. Et on a kiffé comme jamais…

Pour ceux qui ne connaissent par encore l’AZ, c’est l’Académie Zéro Limite, fondée par Martin, LA formation par excellence qui m’a propulsée en moins de deux ans où je suis aujourd’hui. Me dites pas que je fais de la pub (bien que je ne me gênerai pas pour en faire ouvertement si c’était le cas, parce que jamais je n’ai trouvé une formation aussi puissante et complète que celle-ci. Mais l’AZ se refaisant une beauté pour les deux prochaines années, plus possible d’en profiter avant 2021) .

Bref, sur le chemin de la gare en direction de Lyon, samedi matin, je me suis rendu compte que cela faisait un sacré moment qu’à chaque fois que je prenais la route, quel que soit le moyen de transport utilisé, et bien c’était pour me diriger vers le bonheur. Un truc kiffant comme une participation à un séminaire, une demande de conférence, une formation, des retrouvailles entre amis, un diner, un apéro au soleil… Bref, ça m’a fait prendre conscience que mon train allait m’emmener une fois de plus vers la réalisation de mes rêves et l’atteinte de mes objectifs. Pour résumer, ma vie a vraiment du sens.

Du coup, j’en ai fait un live rapide sur Facebook qui a tout de même suscité beaucoup d’interrogations par la suite.

Et ça m’a motivée pour échanger avec vous sur le sujet.

Avez-vous déjà porté attention à vos déplacements quotidiens? Ont-ils le sens que vous souhaitez? Où vous mènent-ils, vers vos rêves et vos objectifs, ou bien vers une vie qui ne vous convient pas?

Je parle surtout de boulot bien sûr. Que l’on soit salarié ou entrepreneur, cela ne change rien. La question à se poser est surtout de savoir si vous êtes en train de donner du sens à votre vie ou bien si c’est votre vie qui vous impose son sens, décousu, chargé, incohérent et encore moins aligné sur vos aspirations profondes. Elle n’y est pas pour grand-chose la vie: on nous l’offre, ensuite, c’est à nous de la piloter, un peu comme une voiture. Si une fois le contact mis, on ne tient pas le volant, on appuie sur n’importe quelle pédale, on passe les vitesses sans embrayer, on perd le contrôle de celle-ci. Et ça n’a aucun sens.

Pour les salariés, c’est déjà flagrant : combien d’entre eux vont au boulot chaque matin la boule au ventre, avec pour seule motivation le week-end, les vacances, la retraite?

Pour les entrepreneurs, combien ont encore ce sentiment de passer à côté de quelque chose malgré le fait qu’ils soient indépendants, et se sentent frustrés de ne pas encore avoir mis le doigt sur le sens véritable qu’ils voulaient donner à leur vie?

Là non plus, ça n’a aucun sens. Je sais, mes mots peuvent vous faire froncer les sourcils ou peut-être même vous mettre en colère ou vous frustrer … mais le but ultime à tout ça, c’est simplement de vous dire qu’on a toujours le choix. A la fois de changer sa vie, mais aussi de prendre des décisions. De réajuster son business, de le modifier, de la transformer jusqu’à ce qu’il ait un sens véritable.

Vous savez, une décision, ça peut prendre un peu de temps, mais c’est toujours plus rapide que de ne rien faire du tout.

Un déclic par contre, c’est comme un truc qui implose en son coeur dès qu’on y pense, et ça , ça se passe en une fraction de seconde; le truc, c’est qu’on habitue son esprit à ne plus avoir de moins en moins de déclics pour éviter de prendre des décisions. Alors on se conforme, on s’adapte, on fait en sorte de trouver un sens à sa vie alors qu’il n’en a pas vraiment un.

Dans le Mag’ de ce trimestre, j’ai interviewé Ludovic Bréant qui a publié un livre  » J’ai perdu 40 millions d’euros et j’ai découvert une vie pleine de sens ». Oui, il a vraiment perdu 40 millions et oui, cela lui a permis de découvrir le vrai sens de sa vie, aussi incroyable que cela puisse paraitre. Alors dans le groupe privé Facebook du Mag’, j’ai organisé un jeu pour tenter de remporter un exemplaire du livre de Ludovic. Les participants sont invités à répondre aux deux questions suivantes :

 » Quel sens a votre vie actuelle?
 » Quel sens véritable aimeriez-vous lui donner? »

Il y a eu beaucoup de commentaires différents, mais le point commun, c’est qu’en répondant à ces deux questions, les participants se sont rendu compte que ce qu’ils croyaient avoir du sens n’en a pas tant que ça. Ou qu’en réalité, le sens de leur vie actuelle n’est pas celui vers lequel ils veulent pourtant se diriger.

C’est la magie de l’écrit. Poser des mots sur les maux.

« On ne trouve pas un sens à la vie, on lui donne un sens. Celui que l’on veut, pas celui que les autres nous imposent. » – Elodie Florenti –

Alors voilà 3 clés simples et efficaces pour vous aider à donner le sens que vous voulez offrir à votre vie d’entrepreneur :

1.Faites un petit check-up de votre vie professionnelle. Refaire le point de temps en temps est nécessaire : « pourquoi ai-je choisi ce business et pas un autre? Qu’est-ce qui me fait vibrer dans mon activité et pourquoi? Suis-je à l’aise avec mes clients, mon réseau, mes partenaires? Mon entreprise est-elle en alignement avec mes valeurs, le message que je veux transmettre? »

2. Après cette auto mise au point, qu’est ce qui ferait que votre vie professionnelle ait vraiment du sens? « Qu’est ce qui, grâce à mon business, me ferait me lever tous les matins avec des étincelles dans les yeux et me coucher chaque soir avec le sourire mis à part l’argent? » On arrive aux choix, aux décisions, aux passages à l’action.

3. Ayez l’audace de faire fi de tout ce que l’on a pu vous dire jusqu’à aujourd’hui, et osez vous écouter. Ce sera peut-être la première fois que vous faites ceci, donc accordez-vous du temps si vous n’y parvenez   pas dans la seconde. Et posez-vous la question suivante : « si j’avais une baguette magique, qu’est-ce que je transformerais dans mon business pour qu’il ait le sens que je veux lui donner? »

Pour que votre vie d’entrepreneur ait un sens, c’est à vous de lui en donner un. Imaginez 10 tubes de peinture et une toile devant vous. On vous demande de peindre cette toile. Ce sera votre responsabilité de créer quelque chose qui a du sens. Comment allez-vous procéder? Vous allez peindre selon ce que vous aimez comme couleurs, comme styles, comme peintres célèbres peut-être… vous allez peindre selon vos inspirations, un souvenir. Et tout ceci vient de vous, de l’intérieur. Vous allez donner du sens à votre tableau en allant chercher au fond de vous et pas autour de vous.

Commencez toujours pas vous, toutes vos réponses sont à l’intérieur. Y compris le sens que vous voulez donner à votre vie, même si vous l’avez caché ou enfoui.

D’ailleurs, il me vient une idée… Et si vous répondiez directement aux questions des 3 clés en commentaires?

Allez, j’attends vos réponses avec impatience !!!!

A tout de suite, Elo xoxo

 

Si tu veux te faire éjecter d’un groupe Facebook, voilà comment faire, entrepreneur …

By Elodie Florenti

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager mon point de vue sur le comportement hallucinant d’une énorme majorité d’entrepreneurs sur les groupes Facebook, parce qu’ils ne se rendent pas compte de l’impact négatif que cela engendre dans leur activité, leurs relations professionnelles, et leur business.

Tout commence avec mon groupe privé Facebook, S.U.C.C.E.S.S . Celui-ci est réservé aux entrepreneurs et porteurs de projets, donc uniquement composé de professionnels et indépendants. Nous sommes aujourd’hui un peu plus de 2600 et c’est vraiment un groupe génial d’entraide, de soutien, avec une ambiance au top. J’y impose des règles « strictes », à savoir, zéro publicité, zéro citation, zéro article de blog en partage… Pourquoi? Parce que j’ai pas envie que mon groupe ressemble à tous ces groupes « dégueu » (passez-moi l’expression) où chacun balance son évènement ou son dernier article 10 fois par jour en croyant que quelqu’un va y tomber dessus, alors qu’il n’y a aucune interaction et aucun client potentiel… Pourquoi d’après vous? Parce que les clients potentiels, c’est certainement pas dans un « groupe-dépotoir » qu’ils se trouvent. Pour preuve, allez jeter un oeil à ce genre de groupes Facebook (vous en connaissez certainement au moins un) vous y verrez parfois 45000 membres, mais aucune interaction, aucun partage, aucun commentaire, aucun like sous les posts … Ces fameux 45000 membres ne sont autres que des entrepreneurs qui postent du contenu dans le vide.

Bref, dans mon groupe que j’aime par-dessus tout, l’entraide, le soutien, l’esprit communautaire et familial règnent en maitre pour que les entrepreneurs puissent sortir de la solitude et de l’isolement et ainsi, trouver dans S.U.C.C.E.S.S une épaule, un cerveau collectif, des échanges intelligents qui puissent les aider à progresser dans leur business. Voilà les raisons pour lesquelles j’y ai mis ces règles.

Pourtant, certains entrepreneurs persistent à y déroger et cela les dessert fortement. Car encore une fois, ils se mettent en quête d’AVOIR ou d’obtenir quelque chose, en négligeant certaines façons d’ETRE.

Même là, l’ETRE passe avant l’ AVOIR, c’est garanti!

Voyons donc selon moi les 3 pires attitudes à ne jamais avoir dans les groupes Facebook quand on est entrepreneur.

1- DEVENIR MEMBRE D’UN GROUPE FACEBOOK AVEC L’ UNIQUE INTENTION DE FAIRE DE LA PUB

De très nombreux entrepreneurs commettent l’erreur fatale d’adhérer à des groupes simplement pour balancer leur pub, leur article, leur évènement, leur dernière promo. Sortis de là, ils sont invisibles, transparents. On ne sait pas qui ils sont, d’où ils viennent, on ne les a jamais vus ni entendus parce qu’ils n’interagissent jamais. Ils sont sur des groupes comme si ils étaient dans la rue pour mettre des flyers sur les pare-brises des voitures. Autant vous dire qu’adhérer à un groupe juste pour coller dans la face des autres membres un sondage, une promo, ou une pub, ça a du mal à passer. Et ça fait même l’effet d’un boomerang parce que l’admin finit un jour ou l’autre par bannir ce type de membre définitivement.
Les admins qui ouvrent la porte de leur groupe Facebook ont envie de connaitre leurs membres, de les découvrir, d’apprendre leur parcours professionnel. Ca s’appelle la création d’un lien, le début d’une relation. C’est ça le plaisir d’un groupe. Et c’est ainsi qu’on en retire tous les bénéfices. Si cette étape n’est pas franchie, l’entrepreneur devient plus un parasite qu’un membre bienvenu, et au moindre écart, il finit pas se faire éjecter. C’est vraiment un triste constat, mais bien réel : une attitude inadaptée peut coûter bien plus cher que ce que l’on croit à un entrepreneur.

2- NE PAS CONSULTER NI RESPECTER LES REGLES D’UN GROUPE FACEBOOK

Il semble pourtant clair que dans tout groupe qui impose des règles, la moindre des choses en y entrant, c’est de les consulter et de les respecter.

Or, c’est une étape par laquelle certains entrepreneurs préfèrent ne pas passer, ou même occulter par flemme, négligence, ou parce que ce n’est pas vraiment important pour eux. Certes, cela peut ne pas être une priorité pour eux, mais pour l’admin ou les admins du groupe, le respect des règles est la priorité n°1. Et bien souvent, les règles imposées représentent les valeurs de l’admin. Y déroger, c’est se tirer une balle dans le pied: si l’entrepreneur ne se  soumet pas aux règles, il se donne lui-même une image négative auprès des autres membres et surtout des admins. Quelle image vous donne un entrepreneur qui ne respecte rien? Pas sérieux, irrespectueux, négligeant?

Quand on va chez quelqu’un, on se « soumet » aux règles de la maison n’est-ce pas? On enlève nos chaussures s’il le faut, les fumeurs ne fument pas à l’intérieur… bref, c’est une marque de respect pour l’hôte, et c’est bien normal. Pourquoi donc est-ce si compliqué de faire pareil sur les réseaux sociaux?

Attention donc au bouche-à-oreilles, il va très vite. Et sur Facebook, encore plus qu’ailleurs, les étiquettes se collent à la « Superglu 3 ». Voilà donc une seconde façon de se faire éjecter d’un groupe à grands coups de pompes dans le c** et sans sommation. Et par la même occasion de se faire une réputation pourrie.

3- ENTRER DANS UN GROUPE FACEBOOK D’ENTREPRENEURS JUSTE POUR CHOPER DES CLIENTS

Je finis par celle-ci parce que c’est la pire des pires. Comment certains entrepreneurs, coachs, thérapeutes, infopreneurs et autres « professionnels » peuvent encore avoir l’audace d’aller sur des groupes uniquement pour essayer de choper les clients des autres en proposant leurs offres tout en sachant que l’admin ou les admins les proposent aussi?

Imaginez que vous fabriquiez des bijoux : iriez-vous dans une bijouterie pour promouvoir vos bagues et colliers à la clientèle du magasin? J’ose croire que non! Ben un groupe, c’est comme une bijouterie. Quand on y entre, c’est pour partager son savoir, ses expériences etc etc, et par pour promouvoir ses bijoux, si chouettes soient-ils 🙂 Sauf bien sûr, si on est sur un groupe publicitaire où chacun fait le concours de la plus grosse ristourne. Sinon, voilà la troisième façon de se faire dégager, à l’arbalète cette fois.

C’est vraiment un truc que j’ai du mal à saisir vu la grenade qu’ils se mettent tous seuls dans les mains. C’est le « level » au-dessus du simple post promotionnel, c’est de la pure tentative de détournement de clientèle. Bien tenté, mais très vite repérés les coquins 🙂

Voilà selon moi les attitudes à ne jamais avoir sur Facebook quand on est entrepreneur. Même si il est vraiment tentant d’aller à la pêche aux clients dans un groupe où tout le boulot a déjà été fait, la communauté déjà créée, où il est si facile de faire le dos rond… il est essentiel de prendre conscience qu’un entrepreneur qui se comporte comme un mort de faim finit par crier famine.

Puis en bonus, même si je ne devrais pas avoir à le préciser: la critique gratuite, la malveillance, les propos injurieux et agressifs sont une arme d’auto destruction massive pour ceux qui en usent.

Penser donc à être, à créer le lien, à respecter les règles est la clé pour devenir un membre actif. Et qui dit membre actif, dit membre bien plus visible par les autres… Vous voyez où je veux en venir? 😉

Et vous, admin ou membre de groupe Facebook, quel est le comportement qui vous donne des boutons, qui vous hérisse, qui vous ulcère?

 

7 clés pour bosser à la maison sans être dérangé

By Elodie Florenti

Comment s'organiser quand on travaille de la maison?

Bon, bien nous voilà au coeur d'un sujet qui visiblement, est un véritable carcan pour certains solopreneurs, surtout les femmes entrepreneures comme les maman blogueuses, infopreneures et les indépendants qui travaillent de chez eux ( grosse pensée également pour les profs qui passent la moitié de leur temps à corriger des copies... à la maison). Je vois partout des posts circuler sur Facebook, LinkedIn  sur cette problématique, et ça résonne en moi plus que jamais parce que je vous le donne en mille : j'ai vécu l'enfer quand j'ai démarré mon activité en bossant de la maison.

Coups de fils, télévision, musique, sollicitations de toutes parts, allers et venues ... bref, autant de petites choses bien chiantes qui nous empêchent de nous concentrer sur notre boulot et qui nous font souvent péter un plomb. En tous cas, moi, je n'en pouvais plus, au point de me demander si j'avais vraiment trouvé le job qui me correspondait. Pourtant, j'en rêvais de pouvoir travailler de la maison, tranquille, en gérant mon planning comme je le voulais. Je me disais qu'enfin, j'allais pouvoir optimiser mon temps au maximum. OK, ça, c'était dans mes rêves, parce qu'il y a un truc auquel je ne m'attendais pas, c'est que si moi j'avais tout organisé parfaitement dans ma tête, en réalité, c'est pas vraiment ce qui s'est passé, du moins au début.

Et même si mon discours s'adresse aussi bien aux hommes qu'aux femmes entrepreneurs qui travaillent de chez eux, il s'oriente naturellement vers les Wonder Women de la vie, oui vous, mesdames, qui êtes de vraies héroïnes à vous occuper non seulement de votre business, mais aussi des enfants, des devoirs, du ménage, de vos rendez-vous, du linge, des activités, des courses et de tout le reste... parce que monsieur, parfois, il ne s'en rend pas compte tellement il est habitué à ce que vous fassiez presque tout. Personnellement, j'ai la chance d'avoir un mari fantastique qui m'a toujours aidée et qui comprend parfaitement que j'ai besoin d'aide pour évoluer dans mon business.

Le truc qu'il est nécessaire de comprendre, c'est que la maison, à la base, c'est un lieu de vie et de partage familial, pas un lieu de travail. Ce n'est pas le "rôle" premier d'une maison d' accueillir le pilier professionnel,  Alors évidemment, nous, solopreneurs qui avons la seule intention de réussir et de faire progresser à bloc notre activité, on s'imagine que tout le monde va le comprendre et que naturellement va se mettre en place une adaptation du ou de notre partenaire, et que les enfants vont filer droit. LOL. Puis si en plus, on est une épouse et une maman, allez faire comprendre à la tribu qu'à partir de maintenant, il y a une entrepreneure dans la maison!

Alors à force de virer et tourner en constatant que "ouffffffffff, là, c'est plus possible..." je me suis dit qu'après tout, il devait bien y avoir des solutions. Et bien entendu, comme d'habitude, il y en a toujours.

Voici donc celles que j'ai trouvées et que je vous partage après les avoir appliquées ( donc avec un gros recul) , en espérant qu'enfin, elles vous aideront à vous organiser pour travailler à la maison en toute sérénité.

1.Communiquer avec son ou sa partenaire et les enfants.

C'est la première chose que j'ai faite quand j'ai compris qu'on ne voyait pas tous les choses de la même façon (pourtant, j'étais persuadée du contraire). Car non, la tribu n'est pas dans votre tête. Ils vous verront toujours dans la maison comme le papa ou la maman, comme l'époux ou l'épouse, et si vous ne mettez pas votre casquette d'entrepreneur(e) au sein du cocon familial à certaines heures de la journée, vos priorités professionnelles vont vite disparaitre. Pour la quasi totalité des familles, c'est une bénédiction de savoir que papa ou maman devient disponible H24, enfin, ça c'est ce qu'ils croient. Et même si ils font le maximum pour éviter de vous déranger pendant que vous bossez, ils sont tentés les coquins... ils meurent d'envie de vous demander un truc futile, banal mais tellement essentiel à leurs yeux 🙂 " t'as pas vu la télécommande? Tu pourras venir me chercher ce soir? Qu'est-ce qu'on mange?" Il est temps que vous ayez une conversation bienveillante avec eux : expliquez-leur que si même si vous travaillez de la maison, cela reste un vrai job et qu'il est urgent pour vous de pouvoir vous organiser et vous positionner en tant que professionnel quand vous bossez, pas en tant que papa ou maman, mari ou épouse qui travaille à la maison. Il est essentiel de verbaliser cette subtile distinction à chacun des membres de votre famille. Que cela pourra apporter beaucoup de bénéfices à chacun, plus de flexibilité dans vos horaires, la possibilité de concilier vie familiale et vie pro... A condition que vous puissiez travailler tranquille, sans être dérangé(e) toutes les cinq minutes. Imposez vos règles dès que possible, cela donnera de la valeur à vos actions et à votre business.

2.Expliquez ce que vous faites à votre famille.

Et bien oui ... second truc à ne jamais négliger : votre entourage. Vos parents, frères et soeurs, copains et copines n'ont retenu qu'un truc : vous êtes à la maison. Le verbe travail a subitement disparu des "écrans radar". Quelle joie de venir vous faire une surprise en sonnant chez vous à l'improviste pour vous raconter la soirée de la veille pendant que vous bossez sur votre formation, ou d'entendre le téléphone sonner pour que soeurette ou maman vous expliquent ce qu'elle ont préparé comme repas pour ce week-end, alors que vous êtes en train de travailler ! Avec eux aussi, il est primordial d' expliquer que certes, vous travaillez de chez vous, mais que de 8h à 18h par exemple, vous êtes dans votre entreprise, au même titre que si vous partiez bosser pour un patron. Donnez-leur vos disponibilités mais aussi les heures auxquelles vous ne voulez pas être dérangé(e). Cela peut sembler brutal, mais avec beaucoup de bienveillance, ça passe toujours. Là aussi, vous positionner en tant que professionnel est impératif.

3.Créez-vous un espace de travail à vous.

J'ai démarré mon activité vous savez où? Sur la table du salon. Nom de Dieu, et tant pis pour le blasphème, mais quelle connerie! Visible par tous, accessible par tous, noooon! L'ordinateur installé entre un dessous de plat et la télé, faut être complètement cinglé(e)... Sauf que quand on a pas de place chez soi, c'est pas facile. J'avais d'ailleurs fait un dossier complet sur le sujet dans le  Mag' de Choisir de Réussir sa Vie d'Entrepreneur : Comment se créer son espace quand on bosse à la maison.

Alors oui, avoir une pièce à soi, c'est l'idéal, mais ce n'est pas toujours possible. Si vous ne disposez pas d'un lieu spécifique pour vous isoler et travailler sans être dérangé(e), marquez votre territoire ( pas besoin de faire pipi dans les coins) dans un espace de la maison qui vous sera réservé. Je ne vais pas m'étaler car dans le Mag', vous trouverez 7 pages de conseils et d'idées pour créer votre espace rien qu'à vous, et plein d'astuces pour éviter d'être sollicité(e) en permanence. Mais sachez que créer votre espace de travail est essentiel: il vous positionnera en tant que pro quand vous y serez installé(e), vous serez bien plus efficace et productif ainsi.

4.Planifiez vos horaires de travail.

Quand j'ai démarré, j'ai commis l'énorme erreur d'offrir tout mon temps au boulot. J'étais à la maison, donc en contrôle total de ma vie professionnelle et familiale. Hmmmm... oh que non! Trop de flexibilité tue la flexibilité et se laisser happer par ses priorités entrepreneuriales peut vite devenir une catastrophe pour sa vie familiale. Alors le truc, c'est de planifier ses journées, comme si vous bossiez à l'extérieur, et même, pour un patron. Croyez-moi, c'est salvateur. Accepteriez-vous de travailler de 6h à 21h pour votre boss, 7 jours sur 7? Souvenez-vous que vous êtes votre boss, que vous travaillez pour vous, mais que ce n'est nullement une excuse pour déborder sur votre temps familial. Je l'ai fait pendant des mois, et à part constater qu'à force d'accumuler les heures de boulot, je m'épuisais, je m'éloignais de ma tribu qui passait inconsciemment au second plan, cela ne m'amenait rien de positif.

5.Respectez vos horaires de travail.

C'est bien beau de planifier ses heures, si on ne les respecte pas, on met un coup d'épée dans l'eau. Quand vous êtes en mode professionnel, travaillez, c'est tout. Vous serez tenté(e) de vous arrêter mille fois en plein travail pour accomplir des tâches domestiques ( un peu de vaisselle par ci, un peu de rangement par là, préparer le repas du soir, un truc urgent à acheter sur "le Bon Coin"...), mais désolée, ce n'est pas le moment! En respectant vos horaires, vous respectez votre business et votre famille quand la journée est terminée.

6. Faites garder vos enfants quand vous bossez.

Garder ses enfants pendant que vous bossez? Non. Allez, vous pourriez faire une petite entrave au règlement en cas de force majeure, mais en faire une habitude, certainement pas. Garderiez-vous vos enfants pendant vos heures de travail si vous étiez employé(e)? Et rester productif avec sa tribu qui cavale de tous les côtés, essayez donc pour voir ... Ce n'est pas parce que vous êtes à la maison que vous devez faire double emploi, maman et entrepreneur(e) . Considérez que votre statut d'entrepreneur est identique à celui d'employé quand vous bossez. Vous êtes votre employé. De toutes façons, vous allez vite ressentir une certaine frustration en voyant que jouer le rôle de parent et de pro en même temps vous rend inefficace : vous allez vous sentir mauvais parent parce que vous ne pouvez pas vous occuper pleinement des enfants, et mauvais(e)  entrepreneur(e) parce qu'en vous occupant des enfants, le job n'avance pas.

7. Sortez du nid.

Oui, c'est vraiment pratique de bosser de chez soi. Non, ce n'est pas une prison. Votre business non plus d'ailleurs. Octroyez-vous une pause à l'extérieur de temps en temps, rencontrez des gens, allez une journée par semaine travailler dans un espace de co-working, sous peine de rapidement tomber dans l'isolement et la solitude de l'entrepreneur que beaucoup connaissent. Et ça, c'est pas rigolo parce qu'avoir une vie sociale, c'est primordial, quoi qu'on en dise.

Voilà donc mes petits trucs pour s'organiser quand on travaille de chez soi, j'espère qu'ils vous ont aideront à être un(e) vrai(e) entrepreneur(e) à domicile.

Et vous, quelles sont vos astuces pour bosser chez vous en toute sérénité?

Hâte de lire vos réponses en commentaires, avoir des compléments , c'est toujours bénéfique, pour tout le monde 😉

Avec tous mes voeux de réussite, Elo

 

Comment trouver le job qui me correspond enfin ?

By Elodie Florenti

Comment trouver le JOB qui me correspond enfin ?

C’est une question qui m’a été posée sur ma page Facebook et à laquelle je vais me faire un plaisir de répondre ici. Parce que n’allez pas croire que tout le monde se le demande. Un job salarié, quand on a la chance d’en trouver un, on lui saute dessus. Et quand on l’a, on se le garde, on s’y accroche coûte que coûte, même si souvent, on ne l’aime pas. Un peu comme un trésor, le truc de notre vie qui va nous sauver de la misère, de la pénurie, et de la déprime.

Oui, enfin, pas vraiment, puisque la plupart des gens qui ont un job qu’ils n’aiment pas, qui ne leur correspond pas et avec lequel ils ne se sentent pas en cohérence, finissent par perdre le sens de leur vie,  se retrouvent en maladie et même en burn-out. Ce qui engendre misère, pénurie et déprime. Que ce soit dans le salariat ou dans l’entrepreneuriat, c’est pareil.

Alors là mes amis, que vous soyez salariés ou entrepreneurs, si vous êtes dans ce cas, je vous invite à ouvrir grands vos yeux et votre esprit, même si ça doit bouillir comme une marmite en vous, c’est pas grave. Et c’est tant mieux, même 😉 J’assume le fait d’avoir allumé l’allumette en espérant tout de même allumer EN VOUS, à la fin de cet article, une étincelle.

Reprenons. Le truc, c’est que tout le monde a besoin d’un job pour vivre. Donc, dans l’absolu, pas de chichis, dans la salariat, on prend la plupart du temps ce qui vient, parfois presque par dépit. Et ce qui vient, c’est donc pas toujours ce à quoi on rêve.

Le salariat, soyons francs, c’est la « sécurité ». On échange son temps contre de l’argent. On aide quelqu’un (notre patron) à réaliser ses rêves et à s’épanouir, et il nous paye pour ça. Notre épanouissement personnel et professionnel dépend du bon vouloir du boss, selon un tas de facteurs que j’aborderai ultérieurement. C’est un choix, que je respecte, même si pour moi, la sécurité est loin d’être synonyme de liberté et que je préfère investir mon temps à réaliser mes rêves à moi.

Dans l’entrepreneuriat, vous êtes ou devenez ce quelqu’un qui lui, a estimé qu’il était bien plus sympa d’échanger ses connaissances, ses compétences, et son savoir-faire que son temps, toujours contre de l’argent. C’est le choix que j’ai fait de décider de mon avenir professionnel selon ma charte de valeurs, mes propres règles, mes besoins et attentes. Je ne suis pas faite pour le salariat, que voulez-vous! C’est pour cela que j’aide les (futurs) entrepreneurs à créer le business qui leur ressemble, comme moi j’ai créé le mien.

Cependant, que ce soit dans salariat ou l’entrepreneuriat, quand on ne trouve pas le job qui nous correspond, c’est l’enfer: on tourne en rond, on se sent coincé, inutile, non aligné, ce qui fait de nous des personnes « mal-heureuses ». Et la vie, bien c’est pas fait pour être mal-heureux, mais pour s’épanouir, se sentir libre, heureux et accompli dans son travail.

Alors autant préparer le terrain pour aller bosser en sautillant comme une puce tous les matins,  plutôt qu’en moonwalk, la gorge serrée et le noeud au ventre, en attendant la retraite.

Comment fait-on pour trouver le job qui nous correspond enfin?

C’est le moment pour vous d’envoyer du lourd mes amis, de vous mettre en mode no limit, et d’être honnête avec vous-même. Pour cela, il n’y a pas cinquante solutions:  pour trouver le job idéal, tout part de vous … de vos rêves, et de vos idéaux. C’est pas plus compliqué que ça. Les connaissances, les compétences, ça vient après. C’est l’erreur que beaucoup de gens commettent, faire passer ses compétences avant soi.

Sauf que dans la réalité, ces put**** de croyances limitantes, ces sal********* de peurs viennent mettre un coup de frein à tout ce que vous auriez pu être, faire et accomplir dans votre vie.

Mais bonne nouvelle! Avec bibi, il n’est jamais trop tard 🙂

Que vous soyez donc salarié, entrepreneur, indépendant, porteur de projet ou en recherche d’emploi… si vous n’avez toujours pas trouvé la faille pour trouver le job qui vous correspond enfin, voici quelques petites questions à travailler tranquillou chez vous, à la seule et unique condition que vous soyez un max honnête avec vous-même, ok ?

C’est parti :

  • 1. Dans quel secteur avez-vous toujours rêvé de travailler? (secteur d’activité, poste particulier …)?

Allez-y volontiers, sans vous priver de quoi que ce soit. Même si on vous a dit que vous ne seriez jamais un crack, que vous n’étiez pas bon à grand-chose, on s’en fout. Parce que justement, c’est à force d’entendre ce genre de conneries que vous vous êtes vous-même convaincu que c’était une vérité. Or, vous ne le savez peut-être pas encore, mais chacun de nous a une aptitude, un potentiel, un talent caché. Des compétences innées ou acquises, une passion qui crépite comme du bois dans la cheminée… Souvent, les années passent et ce truc-là, on l’a enfoui en nous, parce qu’on ne savait pas trop quoi en faire. Et que ma foi, il ne semblait pas POSSIBLE d’en faire un métier.

  • 2Qu’avez-vous toujours aimé faire ( passion, art, don, talent, facilité …) ?

Là encore, ne vous restreignez pas  à ce que vous savez faire, mais à ce que vous aimez faire. Le savoir-faire, ça s’apprend. Ce que l’on aime, on l’a en soi.

  • 3. Si vous aviez des possibilités infinies et que vous vous écoutiez, quel job auriez-vous vraiment exercé ?

J’ai envie de vous dire un truc : osez.

  • 4. Pourquoi?

Et oui, pourquoi auriez-vous choisi ce job là en particulier, qu’est-ce qui vous vibrer dans l’activité à laquelle vous pensez?

  • 5. Si vous aviez une opportunité d’exercer cette activité, quel impact cela aurait-il dans votre vie?

 

Première phase, check. Avez-vous répondu à ces 5 questions?

 Parfait! Elle vous ont délicatement soufflé les réponses que vous cherchiez jusqu’à aujourd’hui et peut-être, de vous ouvrir les yeux sur quelque chose que vous vous étiez vous-même caché concernant le job qui pouvait vous correspondre. Puis sortir de sa zone de confort, c’est plutôt génial…

Deuxième phase :

Un peu plus délicate celle-ci, parce qu’il est nécessaire d’aller trifouiller un peu dans les profondeurs de vos tripes. Il s’agit d’aller chercher vos valeurs et vos attentes face au job qui pourrait vous correspondre au mieux. 

Ex : vous adorez les chiens depuis votre enfance, au point de rêver d’en faire votre métier. En tant qu’entrepreneur, vous pourriez très bien être vétérinaire, éleveur de chiens, avoir une pension pour chiens, un e-commerce de vente d’accessoires pour chiens, et en tant que salarié, travailler chez un vétérinaire, un toiletteur pour chiens, être dog-sitter etc, etc…

Quelles seraient donc vos attentes face à l’une de ces activités? En d’autres termes, pourquoi iriez-vous en choisir une plus que l’autre?

Comme vous le voyez, il est essentiel de vous connaitre, d’oser vous (re)découvrir même, face au job que vous souhaitez, pour que vous trouviez celui dans lequel vous vous sentirez en cohérence, aligné et épanoui. 

Pour que ça fonctionne, pensez toujours à:

  • vos attentes / les attentes de votre employeur/ vos attentes communes (en tant que salarié)
  • vos attentes/ les attentes de vos clients/ vos attentes communes ( en tant qu’entrepreneur ou indépendant)

Voilà donc un bon départ pour vous aider à trouver le job qui vous correspond.

Vous connaitre, connaitre vos valeurs, vos attentes, vos besoins, vos priorités sont l’essentiel pour en avoir une vision claire.

Alors, qu’avez-vous répondu aux 5 questions?

Ecrivez vos réponses dans les commentaires, il me fera plaisir de vous aider si vous avez bloqué quelque part.

Avec tous mes voeux de réussite, Elo

 

 

 

>