TU BOSSERAIS PAS UN PEU TROP GRATOS TOI?

By Elodie Florenti


Fais-tu partie des entrepreneurs de service ou du mieux-être qui ont tendance à travailler gratuitement?

Genre, à passer tes journées à faire du gratuit, à « rendre service », à aider, parce que c’est ta mission…
Et à ne jamais passer en mode vente parce que t’as peur?

« Parce que je ne peux pas me faire payer pour si peu… »
« On va pas me payer pour ça, c’est rien… »
« Ouais, mais ça va, c’est mon voisin, lui aussi il me rend service »
 » Je vais pas vendre un truc que je fais naturellement et avec mon coeur! Puis ça ne me coûte rien! »


Je continue ou t’as capté de quoi je veux parler?

En te disant ça, je pense en fait à moi il y a quelques années, quand je me suis installée en ligne.
Tu sais quoi? Moi aussi j’ai osé travailler gratuitement

Quand j’ai commencé à créer du contenu puissant sur les réseaux sociaux, j’ai eu plein de demandes d’amis sur Facebook.

Des personnes attirées par ce que je partageais, écrivais.
Puis au fur et à mesure, des demandes de conseils, de petits trucs, comme ça, en sous-marin.

Mère Thérésa, tu connais? Ben c’était moi.
Donc je répondais, beaucoup.
Parce que je croyais que ça ne me coûtais rien à moi non plus.
C’était facile de donner une réponse.
Puis si ça pouvait aider…!

Alors, j’ai attiré encore plus de monde, le rêve!
J’ai produit encore plus de gratuit pour aider plus.
Puis comme j’ai bon coeur, j’ai offert mon premier livre, cadeau.
Comme ça fonctionnait, j’ai offert une petite formation, gratuite.
Et comme les gens kiffaient, j’ai filé des ateliers, oui oui, offerts, sans faire payer.

Le GRATUIT, ça marche bien!
Mais pendant ce temps, y a rien qui rentrait. Nada. Pas un radis.

En bonne guerrière que je suis, je persévérais, parce que je sentais qu’ils en avaient besoin tous ces gens. Puis ça me permettait d’être crédible.
En fait, c’était pour avoir de la reconnaissance, et pour qu’on m’aime encore plus.
Parce qu’elle est là la vérité.

Si toi aussi tu bosses gratos, c’est pour qu’on t’aime.


Travailler gratuitement, c’est pour avoir de la reconnaissance.
C’est parce que tu ne risques rien tant que tu ne demandes rien.

Tu offres, tu fais cadeau…
Qui ira te le reprocher?
Qui ira te dire que ce que tu fais, c’est de la merde?
C’est gratuit, tu ne prends aucun risque au final et personne ne perdra son temps à te faire un feedback!


Mais que se passerait-il si jamais tu faisais payer
pour tes services, tes produits, tes ebooks, tes formations?
C’est là que cet abruti d’imposteur vient mettre son grain de sel.
Qu’il te souffle que ce que tu proposes, c’est bidon et que personne ne paiera pour ça.
Que t’es pas assez connue, que tout le monde le fait déjà. Que t’as rien de nouveau à partager.

Tu fais peut-être même autant caca dans ton froc que moi à l’époque où j’étais en mode Mère Thérésa.
Sauf que Mère Thérésa, elle était aussi généreuse que toi, tout en ramassant bien plus de thunes que toi!

Quand on commence à:
– faire payer,
– élever sa valeur et à faire payer plus cher,
– offrir du GOLD et des services haut-de-gamme


de nouvelles peurs arrivent:

la peur du regard des autres et du jugement étant sur le podium.
Puis la peur de se vautrer, d’échouer.
Et ça, c’est à chaque changement de palier.

Maintenant, je te pose une seule question:


Tu penses tenir combien de temps encore en regardant ton compte en banque virer au rouge 25 jours sur 30?

J’ai juste envie de te dire une chose:

si tu n’oses pas vendre, à quoi bon être entrepreneur?
Tu te mets en péril permanent. Tu joues avec le feu.
Et c’est lui qui va gagner. Comme à chaque fois.
C’est dur ce que je te dis là, je sais.
Mais ce que tu vis en ce moment, c’est tranquille, c’est facile, c’est léger?
Comment ça se passe pour toi?

Alors réfléchis bien, et ne fais pas mes conneries:

– à passer ton temps à créer du gratuit pour rendre service.
Un entrepreneur se fait payer pour ses services, pas pour rendre service.

à donner sans jamais passer à la vente.
Un entrepreneur qui ne vend pas n’en est pas un.

Ose, lance-toi, teste, commence, fais une offre, propose tes services. Et arrête de travailler gratuitement.
Ça prend pas? Demande-toi pourquoi.
Puis analyse, améliore, ajuste.
Persévère, jusqu’à trouver la faille.

En parlant de lancement, L’Académie Business en Or ouvre bientôt !

Je ne sais pas ce que ça va donner, combien on va être,
si je vais accepter un nombre max de participants,
mais tu vois, je vais la lancer avec mon coeur, et tout ce que je sais, c’est que l’académie et moi, on va te donner le max pour que tu puisses bâtir et faire prospérer ton business en Or. Et ça, c’est grisant.


Dans, quelques jours, j’envoie la page où tu trouveras tous les détails, les tarifs, le contenu des sessions…
Tu veux en savoir plus?

Mets-le en commentaire ou envoie-moi un message!

A tout vite,
Elo

>