Syndrome de l’imposteur : comment l’éradiquer ?

By Elodie Florenti

Le syndrome de l'imposteur ? Ah !!! Quel régal pour s'épanouir dans son job ... De trop nombreux employés, cadres, managers ou entrepreneurs en souffrent énormément, d'autres n'en n'ont parfois même pas conscience, ce qui peut devenir une véritable entrave à leur épanouissement professionnel .

Alors faisons d' abord le point sur ce qu'est le syndrome de l'imposteur, ou syndrome de l'autodidacte.

C'est un doute persistant sur nos capacités, nos talents, nos accomplissements dans le travail, qui nous fait nous sentir totalement illégitimes. Dévalorisation de soi, dépréciation de soi sont les maitres mots du syndrome de l'imposteur. Pas assez bon, pas assez diplômé, pas méritant, nous avons une impression permanente de trahir l'autre, de lui mentir, et de ne pas être à notre place. Nous attribuons notre succès et nos réussites aux facteurs environnementaux ( la chance, les collègues de travail, un concours de circonstances, notre charme ou pouvoir de séduction...), mais jamais à nos capacités, et nous rejetons systématiquement le mérite que l'on nous attribue. Par conséquent, en nous percevant comme un imposteur, nous vivons dans une sensation permanente de duperie auprès de notre clientèle, patientèle, et même de nos collaborateurs, employeurs, ou employés... toujours dans la peur d'être démasqué.

Ces pensées hyper négatives peuvent vraiment devenir invalidantes pour faire progresser notre travail. Il faut savoir tout de même qu'elles touchent 60% à 70% des personnes en activité et encore plus les "haut potentiel" ( ou encore zèbres ou surdoués). Ainsi, pour légitimer notre succès, nous effectuons très souvent une surcharge de travail et dépensons une énergie hors du commun pour prouver encore une fois que les résultats ne viennent pas de nous mais de notre travail acharné.

Résultat : stress, anxiété, auto-sabotage, honte, procrastination, perte de l'estime de soi, dépression et burn-out même viennent montrer le bout de leur nez jusqu'à prendre toute la place pour nous empêcher d'avancer.

Vous allez certainement vous demander pourquoi j'emploie le "nous" en écrivant, et comment il se fait que je connaisse aussi bien le syndrome de l'imposteur : et bien tout simplement parce que moi aussi, je l'ai vécu, et qu'il m'a porté préjudice pendant des années ! J'ai toujours travaillé après avoir été diplômée, j'ai donc perçu le travail comme une récompense après obtention d'un diplôme ( autrement dit, sans diplôme, tu ne peux pas travailler, t'es punie !) ....Quand j'ai obtenu mon Diplôme d'Etat d'infirmière en 2000, et que l'on m'a nommée au bout de 2 ans responsable de bloc opératoire, j'ai commencé à ressentir un truc qui n'allait pas : on me demandait à moi d'avoir des responsabilités énormes sans être finalement validée ! J'ai quand même accepté parce que sentais que j'avais les épaules pour honorer le poste ( puis il faut le dire parce que le salaire n'avait plus rien à voir ) mais je me sentais de plus en plus illégitime vis-à-vis de mes collègues de travail dont je devenais la "chef",et croyez-moi, c'est costaud ! Jalousie, commérages, éloignement, me confortaient dans l'idée que peut-être, je ne méritais pas la place qu'on m'avait offerte ... Pourtant, avec du recul, si j'avais été une nullité, pensez-vous que la direction aurait accepté de prendre le risque de me donner l'entière responsabilité d'un bloc opératoire et de sa vingtaine de chirurgiens ? Pas si sûr !!

Beaucoup de facteurs ont contribué à mon burn-out ensuite, mais je suis convaincue que le syndrome de l'imposteur y a participé allègrement... Disons que ça a été l'étincelle qui a mis le feu ...

Puis, comme certains d'entre vous le savent déjà, ma soif de liberté a tellement été puissante que je me suis à mon compte : je suis donc devenue chef d'entreprise, je me suis retrouvée à mon compte, indépendante, et les responsabilités, c'étaient enfin les miennes, je pouvais les gérer selon MES valeurs : honnêteté, congruence, contribution, loyauté...bref, j'ai passé dix années d'apprentissage ( organisation, comptabilité, gestion, marketing...) dans un secteur qui m'était peu connu à la base et dans lequel j'arrivais à évoluer vite ...sans diplôme particulier !!! Bim, première croyance, au tapis !

Jusqu'à ce qu'au bout de dix ans d'exercice, j'ai fait le tour de mon apprentissage, et que je veuille passer le cap au dessus : transmettre mes connaissances. Mon besoin fondamental d'aider, d'accompagner, de transmettre reprenait le dessus, d'où un énorme travail sur moi et ma plongée dans le développement personnel et professionnel... Alignement total avec ma vision de l'avenir, je trouvai mon "vibrato interne"... Coacher, former, accompagner à mon tour ceux qui "coinçaient" quelque part dans leur entreprise... Pour le coup, je ne pouvais pas passer à côté du syndrome de l'imposteur et vous dire comment je l'ai éradiqué !

Pour commencer, il faut en prendre conscience : bien que vous soyez travailleur, sérieux et brillant, si vous ne vous sentez jamais responsable des réussites de votre entreprise ou de celle pour laquelle vous travaillez, si vous estimez ne pas mériter les éloges que l'on vous fait en les reportant systématiquement sur quelqu'un d'autre ou une circonstance particulière, si vous êtes persuadé que vos compétences ne sont jamais à la hauteur d'un de vos succès, si lorsque vous obtenez une promotion c'est parce que le patron est juste sympa, ou remportez un concours parce que c'était trop facile...il se pourrait bien que le syndrome de l'imposteur vous ait gagné...

 Comment fonctionne le Syndrome de l'imposteur ?

Alors, allons-y ! Tout d'abord, Je vous ai créé une fiche du "cercle vicieux du syndrome de l'imposteur" pour comprendre rapidement comment il fonctionne :

  • En réalité, la valeur que vous vous accordez n'est autre que le regard que vous CROYEZ que les autres ont sur vous : vous vous dévalorisez parce que vous êtes persuadé que les autres vous voient incapables, pas à la hauteur, pas assez compétent ou peu méritant...et c'est comme ça que nait le syndrome de l'imposteur. Un véritable cercle vicieux , ex : vous créez votre entreprise en partant du principe que vous n'avez pas les compétences nécessaires, et que tout le monde va s'en apercevoir...Vous êtes convaincu que les gens vont vous juger négativement, que vous allez escroquer vos clients ...
  • Une fois que ces pensées deviennent votre réalité, tout s'accélère : avec cette sensation permanente d'être un usurpateur, votre estime de vous commence à flancher, ce qui vous dévalorise encore plus et amène stress, anxiété...
  • Du coup, pour cacher l'imposture que vous êtes certain de commettre, vous voilà devenir un acharné du boulot ...
  • Et comme vous êtes devenu une bête de travail, et qu'il y a bien quelqu'un qui va s'en rendre compte et vous en féliciter, voilà que le cercle vicieux recommence : au plus on vous admire, au moins vous vous sentez légitime et non méritant...par conséquent, vous retournez à ce que vous croyez que les gens pensent de vous depuis le début : l'usurpateur !

Comment éradiquer le syndrome de l'imposteur ?

  1. Si vous vous sentez comme un imposteur, il est temps de vous demander pourquoi. Tout simplement . Ca parait idiot, hein ? Et pourtant, croyez-moi, on pense rarement à se poser cette question tellement que l'on est pris dans ce stress de pseudo-usurpation . Peut-être manquez-vous simplement de connaissances, de quelques compétences ? Alors au boulot ! Comblez vos lacunes en faisant des recherches, en apprenant, en expérimentant ... Si c'est un besoin de validation que vous avez, alors, allez chercher le diplôme qu'il vous manque, ou formez-vous, et faites-vous valider par des experts, des professionnels qui ont de l'expérience.
  2. Et si les gens ne pensaient pas du tout ce que vous croyez qu'ils pensent de vous ? Après tout, pourquoi les autres vous trouveraient incompétent malgré vos capacités incontestables ? Non non non ! ça c'est vous qui vous en persuadez ...Iriez-vous vous lancer dans quelque chose que vous ne connaissez strictement pas ? Sans vous informer ? Deviendriez-vous soigneur de dauphins simplement en vous jetant dans un bassin ? Noooooon ! Si vous vous investissez dans un job, c'est que vous en êtes capable et que vous méritez les compliments que l'on vous fait. Il va donc falloir apprendre comme je l'ai fait, à accueillir les éloges, à les accepter et à prendre conscience qu'elles sont méritées. Tant que vous les réfutez, votre syndrome de l'imposteur résistera, c'est une évidence.
  3. Soyez objectif avec vous-même : quelles sont vos réussites professionnelles ? Notez - les, et vous vous apercevrez que vous seul en êtes l'auteur, on ne vous a pas offert une promotion pour vos beaux yeux, on ne vous a pas fait cadeau de vos diplômes parce que vous étiez souriant, on ne vous a pas félicité juste pour vous faire plaisir, croyez-moi !
  4. Permettez-vous de vous tromper : oui parce que lorsqu'on se sent imposteur, normalement, on doit tout faire pour être parfait, donc on carbure pour être au top ! Alors il est temps de vous accorder le droit à l'erreur, de ne plus vous acharner au boulot pour prouver à qui que ce soit, quoi que ce soit. Ce n'est pas en travaillant 15h/jour comme j'ai pu le faire que l'on dira de vous que vous êtes le meilleur...Par contre, vous risquez de devenir un "pigeon", rôle que vous adorerez pour masquer votre imposture ... Stop au perfectionnisme qui ne fait qu'accentuer le syndrome !!
  5. Demandez du feedback autour de vous : ouille, je sais, ça fait peur, mais vous serez certainement agréablement surpris d'entendre des gens vous congratuler pour votre travail et ce que vous leur apportez. Il est vraiment important d'entendre ce que les gens pensent de vous, et pas ce que vous imaginez qu'ils pensent de vous. C'est le moment d'accepter les compliments ! Au mieux, vous allez kiffer, au pire, vous réajusterez ! On vous dit qu'il serait bien que vous approfondissiez un sujet, une valeur professionnelle ? Où est le mal ? C'est un cadeau que l'on vous fait pour être encore meilleur !!

Voici donc mes axes de travail, ceux qui m'ont permis d'éradiquer le syndrome de l'imposteur.

Alors, prêts à vous en débarrasser définitivement vous aussi ? Par quoi allez-vous commencer ? Notez-le en commentaire ci dessous ! 🙂
>