Peur de l’échec ou de la réussite : bullshit!

By Elodie Florenti

PEUR DE L ECHEC ET DE LA REUSSITE, BULLSHIT

Bon, soyons honnêtes, ce que je vais vous partager ici juste après ne s’adresse pas uniquement à la peur de l’échec et de la réussite, mais bien à toutes les peurs comme:

- la peur de l' inconnu
- la peur du regard des autres
- la peur du jugement et de la critique
- Etc etc ...

Mais le titre rimait parfaitement tel que je l’ai écrit.
Et comme j’aime quand ça rime… ahaha, je ne me suis pas privée!

C'était vraiment important que je vous le précise dès le départ pour que vous puissiez appliquer en tout temps, partout et à toutes les peurs ce qui va suivre...

Les peurs.

Elles font trembler le monde entrepreneurial (et pas que). Elles bousillent le mindset. Elles freinent vos projets. Vous empêchent de vous réaliser. De dormir. D’être efficaces.
Elles bloquent votre processus de réussite. Et vous font stagner, reculer, et parfois même abandonner.

Sauf que…

Si c’est comme ça que ça se passe actuellement dans votre business, si vous vous sentez bloquée, si vos peurs ont pris le dessus sur vous et que vous ne les maitrisez plus, c’est simplement parce qu’il y a une grosse confusion: ce ne sont jamais les peurs qui sont un frein, ce sont les éve

Ce ne sont jamais les peurs qui sont un frein, ce sont les éventuelles conséquences négatives qui pourraient se produire, soit parce que vous les avez déjà expérimentées, soit parce que vous les imaginez !

Qu’est ce que la peur en général ?

Loin d’être quelque chose de néfaste… c’est juste un avertisseur, un Klaxon cérébral qui se met en route dès qu'il sent un risque ou un danger ! Autant vous dire que c'est plutôt pratique pour vous éviter de traverser la rue sans regarder ou de sauter d'un pont sans élastique.

Pourquoi elles existent ces satanées peurs?

Selon moi, comme je vous le disais plus haut, elles débarquent pour deux raisons:

1 -L'expérimentation du résultat

Vous avez expérimenté une situation dont le résultat s’est avéré négatif (bref, ça a sacrément piqué l’égo et le coeur) :

Ex: la dernière fois que vous avez posté une vidéo sur Facebook,  il y a eu des commentaires pas vraiment cools, ou bien, personne n’a réagi. Et évidemment, ce n’est pas du tout le résultat auquel vous vous attendiez...

Inconsciemment, comme le cerveau imprime au taquet toutes nos émotions associées à une situation (surtout quand on a pris cher), à chaque fois que vous allez vouloir reproduire la même situation (poster une nouvelle vidéo sur Facebook), le klaxon va se mettre en route pour vous prévenir du risque et/ou du danger :

Ton cerveau à toi: « hey, tu te souviens la dernière fois ce qu’il s’est passé? Ce que t’as ressenti? T’as posté ta vidéo, remplie de bonne volonté, et voilà le résultat: t’as été blessée, peinée, destabilisée , déçue et frustrée… ben si tu refais une vidéo, attends-toi à la même chose ma pauv’fille ! C’est ça que tu veux, souffrir encore? Non? Ben alors arrête de faire des vidéos! Et de cette façon, tu es tranquille, t'esquives toute forme de douleur... Fini les râteaux, finis les commentaires négatifs, finie la frustration et la déception du manque d'intéraction!»

Imaginez bien que ces expérimentations-là, on en trouve des tonnes dans chaque vie d'entrepreneure (y compris la mienne).

2 -L'anticipation du résultat

Vous n’avez pas encore expérimenté ni vécu une situation, mais vous imaginez le pire des résultats avant même qu’il ne se produise: ce que j'appelle mon fameux scénario anticipatif négatif.

Ex :  « je veux poster ma première vidéo sur Facebook mais … à tous les coups, je  ne vais pas être interessante, on va me critiquer, se moquer de moi. Personne ne va la regarder ni la liker. Et si en plus je recevais des insultes ou des critiques en commentaires ? En plus, c'est exactement comme ça que ça s'est passé pour Sophie et je me souviens encore comme ça l'a heurtée» .

En effet, le truc vicieux, c'est que la Mayo monte encore plus si vous avez déjà lu, vu ou entendu que ça c’était produit chez quelqu’un d’autre. Et le bol de Mayo déborde si en plus, c'est arrivé à quelqu’un que vous connaissez et qui en plus, l'a hyper mal vécu.

Voilà pourquoi je vous confirme que la peur de l’échec et de la réussite (et des autres), c’est du bullshit.

Tout simplement parce que :

- l'expérience négative que vous avez vécue à un moment donné est devenue une généralité et VOTRE vérité absolue. Comme une fin en soi, une finalité impossible à transformer...

- et/ou vous avez utilisé jusqu'ici votre imagination à mauvais escient.

Je me trompe?

PS: Pas de culpabilité surtout svp, vous n'avez certainement jamais eu d'autres exemples pour faire autrement. Jusqu'à aujourd'hui.

J'adore la vision de la peur qui est une véritable alliée pour l'entrepreneur selon Danièle Henkel

COMMENT DONC ON peut CHANGEr ça?

Très honnêtement, il n'y a pas cinquante façons de faire (selon moi).

Perso, j'aime quand c'est simple et efficace, pas quand on tourne trois plombes autour du pot et qu'on met les quatre fers en l'air pour se faire brosser dans le sens du poil.

1- On fait un état des lieux de notre frein

Vous sentez qu'une peur vous fait coincer quelque part dans le développement de votre business? Il est temps de lui mettre des mots dessus, pas juste des ressentis.
Reprenons l'exemple de la vidéo.

" Je me sens bloquée. J'ai vraiment envie de (faire des vidéos) parce que c'est important pour moi, (ma visibilité, mon business). Mais j'ai trop peur"

Oui, vous le savez, mais ça reste comme un truc flou. L'idée est d'aller la rendre concrète et vous la mettre sous le nez. Pour de vrai. On arrête de fuir et on y va en frontal (#wonderforever)

2- On identifie la peur

Peur de l'échec ou de la réussite ? Peur de l'inconnu? Du jugement? Bref, peu importe laquelle est-ce, la première des choses à faire est de lui mettre le doigt dessus.

" Je me sens bloquée pour faire des vidéos. J'ai vraiment envie de (faire des vidéos) parce que c'est important pour moi, (ma visibilité, mon business).
Mais j'ai trop peur de ... (me rater? d'être critiquée? De ne pas avoir de succès? De ne pas savoir ce que ça va donner?)"

Etc, etc ...

Et surtout, on va chercher si c'est une peur créée par l'expérimentation d'un résultat précédent ou si c'est une anticipation du résultat (scénario anticipatif négatif)

3- On détermine les "éventuelles" conséquences négatives que l'on se crée

Et là, ALLELUIAH.... ! Comme par magie, vous allez voir rapido presto que ce sont les conséquences négatives que vous avez déjà expérimentées qui reviennent, ou celles que vous imaginez, qui vous freinent dans vos actions. Et jamais la peur de l'échec ou de la réussite ( ou une autre) en elle-même!

Reprenons donc l'exemple de la vidéo : " Je me sens bloquée pour faire des vidéos. J'ai vraiment envie de (faire des vidéos) parce que c'est important pour moi, (ma visibilité, mon business).
Mais j'ai trop peur de ... (me rater? d'être critiquée? De ne pas avoir de succès? De ne pas savoir ce que ça va donner?)" parce que je l'ai déjà vécu / parce que j'imagine bien que c'est ce qui m'attend.

4- On décide une bonne fois pour toutes de changer de perception et de mindset

Si vos peurs débarquent parce que vous avez déjà vécu une expérience au résultat négatif, il est vraiment temps d'arrêter d'en faire une généralité. 

Et d'utiliser ces résultats pour améliorer, changer des trucs, en stopper d'autres dans votre business.

J'ai fait des lancements qui ont fait un flop...
Des conférences où tout le monde n'a pas apprécié mon authenticité. Mes doigts d'honneur, mon Fu** et mon #PRAF ( Plus Rien A Foutre) légendaires ...
Des ebooks à 30 téléchargements...
Des vidéos moisies aux commentaires pas toujours cools...


Est-ce que ça m'empêche de continuer, NON.
Bien au contraire.

Ça m'apprend à m'améliorer. Chaque jour. 

Tout ce que vous expérimentez et que vous croyez négatif est votre plus grande ressource de réussite.
Si vos peurs débarquent parce que vous vous faites un scénario anticipatif, sachez que c'est de votre responsabilité de vous créer un nouveau scénario. Si bien sûr, vous en avez ras-le-pompon de tourner en rond et de vous sentir emprisonnée dans un schéma qui n'est pas le vôtre!

Et miracolo, ça fonctionne avec n'importe quelle peur!
Faisons-le ensemble par exemple avec la peur de l'échec (en faisant cette fameuse première vidéo):

Votre situation du jour :

Quelles seraient les conséquences si j'échouais (si ma vidéo n'avait pas de succès)?

Ex de scénario anticipatif négatif (celui qui tourne certainement dans votre tête si vous lisez cet article): "on va se moquer de moi, je vais être critiquée, je vais perdre ma crédibilité, mon égo va en prendre un sale coup, les gens vont me considérer comme une incapable, mes parents vont être déçus (puis ils vont me rappeler qu'ils me l'avaient dit) ... "


Vous imaginez la pression? Comment voulez-vous avoir la motivation de continuer avec un tel scénario pourri? Il est donc normal que vous n'ayez pas du tout envie de vous jeter là-dedans. Beurk!


Maintenant, switchons avec un scénario anticipatif positif:

Ex de scénario anticipatif positif:  "faire ma première vidéo va me rendre vraiment fière de moi, ça va me permettre de voir ce que je dois améliorer ou modifier. J'en suis au stade où je ne me préoccupe pas de ce que vont dire ou penser les autres, parce que cette vidéo, c'est d'abord pour moi que je la fais, pour me permettre de me dépasser, d'oser. Et si ma vidéo avait du succès? Et si j'avais de supers retours? Et si les suivantes me permettaient d'être bien plus visible?

Vous voyez, tout est question de perception. A commencer par la définition des peurs.


Alors LES WONDERS, quand MAINTENANTje vous dis que la peur de l'échec et de la réussite, c'est du bullshit, vous en pensez quoi?

Hâte de lire vos commentaires les Wonders! J'y répondrai avec plaisir, comme d'hab !

  • Nathalie Bernard dit :

    J’aurais pu poster dans le groupe FB. Mais non je préfère te dire Elodie ici même sous l’article combien il est excellent ! Tu t’es surpassée. J’adore ! Criant de vérité. Et amusante synchronicité moi qui me coltine le fait d’en regarder une droit dans les yeux pour pouvoir avancer sur mon business. Et comme d’habitude j’adore ta façon à toi de le dire ! <3

  • >